L’Union africaine (UA) souffre de l’absence du Maroc en son sein sur les plans politique et économique, a affirmé le chef de la diplomatie gabonaise, Emmanuel Issoze Ngondet.

 

« Il faut reconnaitre qu’aujourd'hui, l'UA souffre de l'absence du Maroc aussi bien au niveau de l'effort déployé pour la paix et la stabilité qu'en ce qui concerne le développement économique du continent", a-t-il déclaré à la veille de la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI au Gabon, dernière étape d'un périple africain qui a déjà conduit le Souverain au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

 

« Le Royaume du Maroc est parmi les pays fondateurs de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) et pendant de longues années, celle-ci a bénéficié de son apport, particulièrement dans la promotion de la paix et la stabilité (...) La sortie du Maroc des rangs de l'OUA a été une grande perte », a-t-il fait observer.

 

Selon le ministre gabonais des Affaires étrangères, de la coopération internationale et de la francophonie, « c’est un débat inutile qui a été soulevé au sein de l'OUA, dont la conséquence est la situation que nous déplorons présentement, à savoir le retrait du Maroc de l'organisation panafricaine ».

 

Mais aujourd'hui, a-t-il ajouté, les pays qui soutiennent la pseudo rasd "ne cessent de diminuer, tandis que ceux qui soutiennent le Maroc ne cessent d'augmenter". Pour lui, "le rapport de forces est indéniablement en faveur du Maroc".

 

M. Issoze Ngondet a, dans ce contexte, rappelé la position de son pays vis-à-vis de la question de l'intégrité territoriale du Maroc, réaffirmant le soutien de Libreville au plan d'autonomie proposé pour le règlement du conflit artificiel autour du Sahara marocain.

25/03/2013