Un membre de la MINURSO s’est fait repérer, récemment, dans une ruelle de Laâyoune, alors qu'il filmait le sit-in d’une poignée d’éléments séparatistes.

 

La police de Laâyoune a rapporté le cas d’un membre de la MINURSO qui, en tenue civile, filmait et photographiait un sit-in observé par une poignée de séparatistes, dans l’une des ruelles reculées de la ville, fait savoir le quotidien arabophone Assabah, dans sa livraison de ce mercredi 13 juillet 2016.

 

Identifié comme étant un étranger, ce membre de la MINURSO a été approché par un officier de la police qui lui a demandé de présenter ses pièces d'identité, ajoute le journal. Et de préciser que la police a découvert, après lui avoir confisqué son appareil, des images d'autres sit-in que l'homme avait prises par le le passé.

 

Cet incident intervient alors que le royaume et les Nations Unies sont en phase de négociation d'une nouvelle formule pour le retour des membres de la composante civile de la MINURSO, après leur expulsion par Rabat, suite à l’alignement du secrétaire général de l’ONU aux thèses séparatistes, rapporte le quotidien.

 

L’implication d’un membre de la MINURSO dans cette affaire d’espionnage ainsi que les relations douteuses de certains de ses membres avec des «séparatistes de l’intérieur» démontrent, encore une fois, la légitimité des observations et reproches du Maroc à l’encontre de la MINURSO et de son manquement à l’un des grands principes de sa mission, à savoir sa neutralité, renchérit Assabah.

 

Par ailleurs, et selon des sources citées par le journal, la direction de la MINURSO prépare le retour de la composante civile de la mission, suite à l’accord final conclu entre une commission onusienne ayant visité récemment le royaume et les autorités marocaines.

 

L’accord final entre les deux parties contient, selon le journal, certaines clauses conditionnant et réduisant le mouvement des membres de la MINURSO à l’extérieur de leurs locaux, à Laâyoune. Et d’ajouter que, conformément à cet accord, la direction de la MINURSO est appelée à coordonner ses décisions et actions relatives au changement des membres de la mission et à communiquer les noms des personnes chargées de diriger ses forces dans la zone.

 

Selon l’accord, les membres de la mission n’auront également plus la latitude de loger dans les quartiers de la ville, puisqu’ils auront des endroits réservés à leur logement et à leur restauration, conclut le journal.

12/07/2016