L'Afrique du Nord pâtit du manque d'inter-connectivité et d'intégration maghrébine (Commissaire européen)

L'Afrique du Nord pâtit du manque d'inter-connectivité et d'intégration à l'échelle du Maghreb, a déploré, jeudi soir à Rabat, le Commissaire européen en charge de la politique de voisinage et des négociations d'élargissement, Johannes Hahn, notant que "l'impact de cette situation sur le Maroc et ses voisins, notamment en termes de développement économique, n'est pas à démontrer".
Selon M. Hahn, qui intervenait lors d’une conférence de l’Institut des hautes études de management (HEM) placée sous le thème "le Maroc dans la politique (européenne: NDLR) de voisinage, où en sommes-nous?", c'est dans l'intérêt de l'Europe d'avoir une région plus intégrée, avec des frontières ouvertes.
"L'UE s'est engagée à soutenir les efforts déployés pour une plus grande intégration", a-t-il rappelé, réitérant son engagement à ne ménager aucun effort pour activer ce processus au cours des cinq prochaines années.
Evoquant le rôle que joue le Maroc aux niveaux régional et africain, le commissaire européen a indiqué qu’ "il s’agit pour nous d’apprendre de l'expérience du Maroc, non seulement concernant le Maghreb et le large Moyen-Orient, mais aussi le Sahel et l'Afrique de l'Ouest, faisant part de sa détermination à consolider le partenariat UE-Maroc au profit de la paix, la stabilité et la prospérité du Royaume et de la région dans son ensemble.
Affirmant que sa première visite dans un pays méditerranéen reflète l'importance accordée par l'Union européenne au partenariat avec le Maroc, M. Hahn a relevé que "le Maroc est l'un des rares pays qui résistent à une tendance régionale régressive, faite de bouleversements politiques, d’instabilité chronique, de fragilité institutionnelle et d’extrémisme religieux, ce qui en fait un partenaire stratégique incontournable pour l’UE".
Dans ce sillage, il a mis en avant la coopération fructueuse entre le Maroc et l’UE dans des domaines clés comme l'éducation, la santé, la pêche, les énergies renouvelables, soulignant, par ailleurs, qu’il était soucieux de consolider la collaboration en matière d’immigration et d’appuyer davantage la politique migratoire du Royaume, qui a, selon lui, assumé sa part de responsabilité en la matière.
Dans le domaine économique, l’UE est le premier partenaire du Maroc avec plus de 50 pc du commerce extérieur du Royaume et 70 pc de ses investissements étrangers directs, a expliqué M. Hahn, qui a salué l’esprit précurseur du Maroc et les réformes innovantes engagées dans tous les domaines, notamment politique, judiciaire et des droits de l’Homme.
Estimant que plusieurs éléments et paramètres géostratégiques ont changé dans les deux rives méditerranéennes depuis l’établissement en 2004 de la Politique européenne de voisinage, il a fait savoir que la Commission européenne s’attèle à l’examen des moyens de développer cette politique en tenant en considération les spécificités et besoins de chacun des pays concernés.
En début de cette conférence, qui s'est déroulée en présence notamment de l’ambassadeur de l’UE à Rabat, Rupert Joy et de celui de la République d'Autriche, Wolgang Angerholzer, M. Hahn, en visite de travail dans le Royaume, a tenu à exprimer, au nom de l’Union européenne, ses sincères condoléances suite à la disparition tragique dans un accident ferroviaire, dimanche dernier dans la région de Bouznika, de l'une des figures politiques les plus importantes au Maroc, le ministre d'Etat feu Abdellah Baha.
Après s'être entretenu auparavant avec les ministres des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar et de l'Intérieur, Mohamed Hassad, le Commissaire européen rencontrera, vendredi, selon lui, le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid, avec lequel il signera plusieurs conventions portant sur la modernisation du secteur de l'éducation, le programme HAKAMA dédié à la gouvernance publique et les projets Noor 2 d'Energie solaire et d'énergie éolienne.

12/12/2014