C'est un fait inédit, en tous les cas dans la région et en Algérie. C'est la première fois que l'agence de presse officielle falsifie les déclarations du ministre des Affaires étrangères d'un pays. Et qui plus est, celui de la Russie, pays membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies.

En fin d'après-midi, la dépêche avait disparu du site de l'agence APS, Algérie Presse Service. Mais la version en langue anglaise était toujours disponible sur le site.

Ci-dessous, la version initiale en langue française, ainsi qu'une capture d'écran de la version anglaise:

Dépêche de d'APS:

[Début]

Sahara occidental: la Russie pour des négociations directes entre le Maroc

MOSCOU, 19 fév 2018 (APS)- Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, s'est prononcé, lundi à Moscou, pour des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario en vue de la résolution du conflit du Sahara occidental. "La Russie soutient la tenue de négociations directes entre les deux parties au conflit du Sahara occidental, à savoir le Royaume du Maroc et le Front Polisario", a indiqué M. Lavrov lors d'une conférence de presse animée conjointement avec le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

Le chef de la diplomatie russe s’est également exprimé sur d’autres situations de crises et de conflits, notamment en Syrie, en Libye et au Mali. Il a relevé, à cet égard, une "grande convergence de vues" entre l’Algérie et la Russie sur ces questions, en particulier pour ce qui est de la nécessité de promouvoir des solutions politiques à ces crises, sans ingérence extérieure, et dans le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. M. Lavrov a, par ailleurs, relevé l’importance de renforcer le rôle des Nations unies en tant que cadre multilatéral, auquel revient la responsabilité de la préservation et de la promotion de la paix et de la sécurité internationales. (APS)
 

En fait, le ministre russe n'a jamais dit cela comme le montre la vidéo ci-dessous.

Lavrov s'exprime sur la question du Sahara à la 7'57".

Dans la version française, "il rappelle du respect des accords signés entre le Maroc et le Polisario", à propos de l'accord de cessez-le-feu de 1991.

Dans la version anglaise, "we reaffirm our commitment to see dialog between polisario & Morocco.. to implement the UNSC resolutions".

Dans la version russe, la déclaration du ministre des AE russe concernait le cessez-le-feu et  non les négociations: "trouver une solution entre les deux parties conformément aux accords de l'ONU", sans plus de précision.

Changer la réalité

Sur le dossier du Sahara, l'Algérie est sur la défensive à l'échelle régionale comme dans les instances internationales.

Son opinion publique a perçu les gains diplomatiques marocains comme autant d'échecs algériens. Aujourd'hui, il ne reste que la bulle médiatique. Les annonces les plus fantaisistes sont relayées par des médias locaux ou étrangers, qui sont soit complaisants soit à la recherche du buzz.

L'Algérie a ainsi annoncé la présence d'une délégation marocaine à Berlin pour de prétendues négociations sous l'égide de Köhler. Elle a annoncé la présence de Köhler à Rabat. Le "polisario" a agité des menaces de reprise d'hostilités qui ne sont devenues audibles que grâce à la bulle médiatique.

Aujourd'hui, c'est la réalité elle-même qui est changée et falsifiée, sachant qu'il s'agit d'un pays membre permanent du Conseil de sécurité.

Tout se passe comme si on voulait détourner l'attention de ce qui se passe dans les camps, comme si on voulait masquer les échecs et le manque d'espace en Afrique, comme si on voulait absolument donner l'impression de marquer des points fussent-ils imaginaires... Déconnectés de la réalité, on gonfle la bulle médiatique en faisant le maximum de bruit.

Köhler, envoyé personnel du SG de l'ONU, poursuit sa mission

Köhler a effectivement adressé une invitation à Nasser Bourita, ministre marocain des AE, au mois de février, pour une rencontre bilatérale à Berlin. Bilatérale avec lui, pas avec une autre partie. Il ne s'agit donc pas de négociation, ni d'un quelconque processus.

"Le Maroc répondra sur la date et le lieu", nous indique une source diplomatique marocaine. Cela signifie que le Maroc n'a pas encore répondu et que la rencontre n'aura pas forcément lieu à Berlin. "Quels que soient le lieu et la date, le Maroc répondra dans le cadre des constantes connues et qui ont été réaffirmées dans le discours royal de la Marche verte en novembre 2017". Le Roi avait notamment listé ce que le Maroc peut accepter et ce qu'il ne peut en aucun accepter et souligné: "pas de règlement sans souveraineté totale du Maroc ni en dehors de l'initiative d'autonomie". Ce sont les paramètres marocains pour la suite.

Voici par ailleurs, la vidéo de la co,nférence de presse de Lavrov et de Messahel (à partir de 7'57"):

20/02/2018