L'Algérie verse annuellement “1.000.000 de dollars” au cabinet d'avocats américain Foley Hoag chargé de faire du lobbying aux Etats-Unis pour toutes les questions se rapportant au Sahara, ont souligné les coréalisateurs australo-bolivien du film Stolen sur l'esclavage dans les camps de Tindouf.

Violeta Ayala et Dan Fallshaw sont actuellement aux Etats-Unis pour la diffusion dans la soirée, sur la chaîne World Channel, du documentaire Stolen.

Initialement prévue le 5 février, la diffusion a été reportée en raison de multiples pressions exercées sur Public Broadcasting Service (PBS) par la firme de lobbying américaine qui travaille pour le compte de l'Algérie, soutien du polisario, indique un communiqué des réalisateurs rendu public à New York.

PBS est un réseau de télévision publique à but non lucratif avec plus de 350 stations de télévision membres aux Etats-Unis qui le détiennent en propriété collective.

“Il y a eu de fortes pressions exercées sur PBS pour déprogrammer Stolen par des firmes US dont le cabinet d'avocats Foley Hoag.”

EXTRAIT DU COMMUNIQUÉ DES RÉALISATEURS DE STOLEN.

 

Il y a maintenant de “cela six ans que nous avons été détenus en Algérie, et connu une bien grande traversée du désert non seulement pour produire le film mais également pour le sortir au grand jour”, rappellent Violeta et Dan. Ils ont fait mention de “multiples pressions exercées pour le financement du film, pour amener les personnes à se rétracter, sans compter les menaces de poursuites judiciaires”.

Le documentaire Stolen a été diffusé, mardi soir, en avant-première sur World Channel, une chaîne qui touche 58% de foyers américain, en dépit de la forte pression du lobby pro-polisario.

28/02/2013