Lamamra attaque sur tous les fronts

De source bien informée dans le QG du Polisario à Tindouf, on rapporte que l’exacerbation de la campagne menée par les médias algériens sur l’affaire du Sahara occidental, a été préparée depuis des semaines par le chef de la diplomatie, Ramatane Lamamra, dans l’espoir d’éviter que l’actualité internationale survoltée ne remette au second plan ce conflit dans l’agenda de l’Assemblée générale de l’ONU.

L’emballement qui s’est emparé ces derniers jours des médias algériens et des sites électroniques financés par le DRS, en sont les signes révélateurs, relève la même source. Des dizaines d’articles de la presse algérienne et des sites internet se réclamant du Polisario et de la république sahraouie s’attaquent quotidiennement, parfois de manière délibérément violente, au Conseil de sécurité des Nations unies, accusé de «complicité» avec le Maroc.

Les médias algériens mettent la même pression sur la France et l’Espagne, faisant porter à leurs gouvernements respectifs la responsabilité de soutenir le plan d’autonomie qui a été proposé par le Maroc pour mettre fin à ce conflit qui envenime les relations entre Rabat et Alger.

Ramatane Lamamra, le spécialiste algérien du Sahara occidental, connu pour avoir brillamment défendu le dossier sahraoui dans les coulisses de l’Union Africaine, a tenu à ne pas faire les choses à moitié. Pour augmenter la pression à l’occasion de la 69ème session de l’Assemblée générale, précise notre source, Lamamra n’a pas hésité à suggérer à celui qui fait office de ministre des affaires étrangères sahraoui, de s’attaquer directement aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité.

Une conférence de presse a été spécialement organisée à Alger le 21 septembre, d’où Mohamed Salek Ould Salek a tiré une salve sans appel: « Nous accusons le groupe des cinq d’avoir kidnappé la question sahraouie », a martelé le diplomate sahraoui dans une décharge qui porte la signature de Lamamra, autant que celle des généraux algériens, selon la même source.

29/09/2014