Le leader de Polisario est un symbole de paix selon les basques

Le conseil  municipal de Guernica, dans le pays basque espagnol, a décidé, dernièrement d’attribuer le prix de la paix et de la réconciliation au chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz. Cette décision a suscité plusieurs réactions d’indignation de la part de nombreux mouvements dans les camps de Tindouf et d’ailleurs. Parmi lesquels, Khatt Achahid qui, dans un communiqué dont Libé a obtenu copie, exprime sa surprise et celle de ses militants, tant dans les camps de Tindouf qu’ailleurs devant la décision de la municipalité de Guernica d’attribuer ce prix à Mohamed Abdelaziz pour ses efforts en faveur de la paix et des droits humains. 

Les organisateurs de la cérémonie d’attribution de ce prix ont choisi la date du 26 avril qui coïncide avec les festivités marquant la tragédie dont la ville a été le théâtre en 1937 et qui a fait d’elle un symbole contre la guerre. 

Un certain prix dit de la paix attribué à Abdelaziz, celui qui fait peu de cas de la paix comme des droits de l’Homme

 

Aussi, indique le communiqué, le mouvement Khatt Achahid exprime son mécontentement et dénonce l’attribution de ce prix à celui qui ne cesse de violer les  droits de l’Homme et ce, à travers les prisons secrètes, les kidnappings, les séquestrations arbitraires commis sous ses ordres. Ces violations se sont traduites par la disparition de plus de 650 Sahraouis, ainsi que  56 martyrs dont on ignore le sort et dont les familles n’ont aucune nouvelle. Le mouvement se demande également comment cette ville, symbole de la paix, peut honorer un dictateur qui, avec l’aide de son parrain algérien, bloque le processus de paix dans la région, à travers un pouvoir à la solde de l’Algérie depuis plus de 40 ans.  

Et le communiqué d’ajouter : « N’est-il pas le premier responsable des détournements d’aides humanitaires en affamant des dizaines de milliers de Sahraouis pour s’enrichir lui et les siens originaires de Tindouf devenus millionnaires, du jour au lendemain ?». 

 Partant de là, les dirigeants et militants du mouvement Khatt Achahid appellent  les autorités de Guernica à revoir  leur décision et à demander au chef du Polisario de permettre aux Sahraouis des camps de décider de leur sort, à travers le choix d’une nouvelle direction dans le cadre d’élections libres. Le conseil de Guernica devrait plutôt demander à Mohamed Abdelaziz de révéler à la communauté internationale ce que sont devenus les Sahraouis disparus dans les geôles secretes  à commencer par la   tristement célèbre prison de Rachid, au lieu de lui décerner un prix qui l’encouragera à perpétuer les violations des droits humains et affamer les populations des camps. 

 

12/04/2015