C’est un (premier) point marqué par le Maroc. L’Espagne a annoncé par la voix de son ministre des Affaires étrangères, qu’elle est en faveur d’une prolongation du mandat de la Minurso pour 12 mois au lieu des deux mois envisagés auparavant et qui allaient se traduire par une période de forte pression sur le Maroc.

 

Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel García-Margallo, cité par les médias espagnols, a déclaré le mercredi 27 avril que l'Espagne était favorable à une résolution visant à proroger le mandat de la mission de l'ONU au Sahara (MINURSO) pour une année.  M. Margallo espère  que cette position obtiendra le maximum de soutien et d'appui international.

 

M. García-Margallo s’exprimait ce mercredi à Madrid, devant la presse espagnole.

 

Il a expliqué que les Etats-Unis, rapporteur cette année du rapport, a présenté un projet qui est en cours de discussion avec les autres pays du Conseil de sécurité, pour parvenir à une résolution qui puisse obtenir "le plus large soutien possible“ et laisser l’horizon le plus large pour travailler.

 

Les États-Unis ont déclaré mardi, selon des sources espagnoles de presse, que l'ONU ne devrait pas accepter l'expulsion par le Maroc du personnel [civil] de sa mission et a défendu la nécessité de rétablir pleinement ses capacités.

 

Selon différents journalistes accrédités aux Nations-Unies, l'Espagne et la France s'opposent à toute demande de retour du personnel civil de la Minurso sans accord préalable du Maroc. Cette information n'est cependant pas confirmée de source officielle.

 

Ce mercredi, des consultations à huis clos sont prévues, avant le vote final jeudi au cours de la matinée, horaire de New-York.

 

27/04/2016