Un vif échange a eu lieu dimanche 6 mars entre le représentant permanent du Maroc auprès de la Ligue arabe et son homologue algérien qui présidait une séance préparatoire du 147e Conseil de la Ligue arabe. Le pourquoi de l'accrochage.

 

Un vif échange a opposé, dimanche 6 mars, le représentant permanent du royaume du Maroc auprès de la Ligue arabe, Ahmed Tazi, et son homologue algérien, Nadir Al Arbaoui, qui présidait une réunion préparatoire du 147e Conseil de la Ligue des Etats arabes au niveau ministériel. A l'origine de ce clash verbal, dévoilé par un diplomate arabe dans une déclaration sous le sceau de l'anonymat à l'agence de presse turque, Anadolu, le refus du diplomate algérien d'inscrire dans le rapport qui sera soumis, ce mardi 8 mars, au Conseil de la Ligue des Etats arabes au niveau des ministres des Affaires étrangères, une mention de félicitations pour le retour du Maroc à l'Union africaine, acté fin janvier 2017.

Citant le diplomate arabe présent dimanche à la session préparatoire du Conseil de la ligue des Etats arabes, l'Agence Anadoulu rapporte que "le représentant permanent du royaume du Maroc a demandé à son homologue algérien d'inscrire la décision de félicitations pour le retour du Maroc à l'Union africaine", précisant que le représentant algérien, Nadir Al Arbaoui, a refusé d'accéder à la demande de son homologue marocain.

 

"Suite à ce refus, s'est déclenché un vif échange entre les représentants marocain et algérien, ce qui a poussé leurs homologues arabes à clore la séance et à décider de soumettre la décision à l'approbation du Conseil de la Ligue arabe", qui se tiendra ce mardi 8 mars sous la présidence du ministre algérien délégué chargé du Maghreb, de l'Union africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel".

 

Ce refus algérien d'une simple mention actant un retour avéré prouve, si besoin en est, la haine maladive que nourrissent les responsables algériens à l'égard du royaume du Maroc. Cela prouve également qu'Alger ne digère toujours pas le retour triomphant du Maroc à l'UA.

07/03/2017