L'eurodéputé socialiste français, Gilles Pargneaux, a adressé une question écrite à la Commission européenne (CE) dans laquelle il l'interpelle au sujet de l'aide humanitaire qu'elle attribue depuis 1993 aux populations des camps de Tindouf. 

La CE prend-elle toutes les mesures qui s'imposent pour s'assurer que cette aide parvienne bien à ses bénéficiaires, et si oui quelles sont ces mesures sachant que plusieurs enquêtes de l'Office européen de la lutte antifraude (OLAF) démontrent des fraudes dans l'attribution de cette aide, s'interroge M. Pargneaux. 

Le parlementaire européen souhaite également savoir si la CE détient des informations précises et récentes sur le nombre des populations vivant dans les camps de Tindouf, réclamé par le Haut commissariat aux réfugiés des Nations-Unies (HCR), se demandant comment la Commission européenne peut-elle envisager de gérer efficacement une aide humanitaire ciblée sans cette information cruciale. 

L'eurodéputé se demande aussi si la CE envisage de prendre des sanctions contre le Front Polisario qui gère l'aide destinée aux populations des camps de Tindouf, suite à la confirmation par Bamako de l'existence d'éléments du Polisario parmi les combattants d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui sévissent dans le nord du Mali. 

La CE attribue chaque année via la Direction générale de l'aide humanitaire (ECHO) une somme de 10 millions d'euros aux populations des camps de Tindouf, administrés par le Front Polisario. 

17/02/2013