Un média du Polisario alerte sur la montée de l'influence de Daesh dans les mosquées

Mi-septembre, un groupe en scission d’AQMI prête allégeance à Daesh. Dans les camps de Tindouf, ce n’est pas encore le cas. Néanmoins, l’organisation dirigée par Aboubakr Al Baghdadi y compte de plus en plus d’adeptes.

Daesh a désormais, ses relais dans les camps de Tindouf. C’est un média, appartenant à l’organisation de la jeunesse du Polisario, grand partisan de la reprise des armes contre le Maroc, qui a diffusé la nouvelle. Le support s’est dit très inquiet des conséquences sur les jeunes, de la promotion faite dans les mosquées de vidéos vantant les opérations de décapitations d’otages et de prisonniers, ponctués de cris à la gloire de Dieu, ainsi que la diffusion de discours de leaders de EI appelant à la « guerre sainte ». Des jeunes qui sont souvent sans emploi.

Le Polisario prépare l’envoie d'imams se former en Algérie

La même source s’est interrogée sur le silence observé par Mohamed Abdelaziz et les siens. Ils n’ont rien entrepris, jusqu’à présent, pour limiter la popularité des adeptes de Daesh. Ainsi, les milices chargées du contrôle de la sécurité n’interviennent pas pour déloger les extrémistes des lieux de culte. De même pour les militaires algériens stationnés dans les camps et qui on un rôle primordial dans la surveillance des activités des Sahraouis, un point omis par Futurosahraoui. Il semble que tout le dispositif sécuritaire mis en place depuis plus d’une année, s'est donné pour unique mission de traquer les jeunes commerçants.

Dans le contexte actuel, le Polisario a-t-il les moyens de faire face à la montée en puissance des mouvements intégristes au sein même des camps ? La publication en ligne, citant des « sources bien informées », avance que le Front préparerait sa riposte. Il devrait envoyer des imams qui lui sont fidèles en stages de formation à l’islam modéré dans des zaouïas algériennes de la wilaya d’Adrar.

Du pain bénit pour le Maroc

Si l’alerte donnée par la publication Futurosahraoui n’apporte pas une grande nouveauté, son importance réside dans le fait qu’elle émane d’un média au service des intérêts du Front. Auparavant, les autorités marocaines et certains think-tank américains proches du royaume, ont fait état de la présence de membres du Polisario dans les rangs d’organisation terroristes, tels AQMI ou le MUJAO. Une accusation toujours niée par Mohamed Abdelaziz ou ses soutiens algériens. 

De son côté le secrétaire général de l’ONU, tout en se gardant d’adhèrer à la version marocaine, a relevé dans son dernier rapport sur le Sahara occidental « une frustration de plus en plus grande chez les populations dans les camps de Tindouf, notamment parmi les jeunes ». Et de noter « d'importantes activités criminelles et extrémistes dans la région ».

13/10/2014