L'Espagne a qualifié jeudi d'"inacceptables" les déclarations faites la veille par le chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, devant la 4ème Commission de l'ONU dans lesquelles il avait dénoncé notamment "des tirs contre des habitants innocents" du Rocher.

Ces déclarations "contiennent des mensonges notoires et de graves injures au peuple espagnol, à ses autorités et aux moyens de communication", a souligné le ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération dans un communiqué. 

 

Le gouvernement espagnol rappelle avoir "toujours agi dans la plus stricte légalité, rempli ses obligations de lutte contre la contrebande et le trafic, les pratiques de blanchiment d'argent et les dispositions fiscales qui créent des distorsions de concurrence au détriment des entreprises espagnoles et des dommages environnementaux". 

 

Il réitère, en outre, sa "ferme détermination" à suivre les recommandations formulées par les institutions européennes pour garantir l'application de ces lois, poursuit le communiqué. 

 

La même source ajoute que le ministère des Affaires étrangères et de la coopération a "chargé le Représentant permanent de l'Espagne auprès des Nations Unies de présenter une lettre au président de la quatrième Commission exprimant le rejet le plus catégorique de tels propos et lui demandant de prendre les mesures appropriées". 

 

De même, le ministère a envoyé une plainte à l'ambassade de Grande Bretagne en Espagne, dans laquelle il souligne que les interventions telles que celles de M. Picardo "entravent la résolution des différends en suspens à propos de Gibraltar, précisément au moment où l'Espagne et le Royaume-Uni ont manifesté leur disposition au dialogue", note le communiqué. 

 

Jeudi, le ministre espagnol de la Défense, Pedro Morenés, a appelé Gibraltar à prouver les accusations de Picardo.

11/10/2013