Selon le portail Hespress qui publie une analyse sur la question, le Maroc peut s'attendre à ce que le Mali retire sa reconnaissance au polisario. En effet, le séjour du Roi à Bamako fut plein de symboles, parmi lesquels les égards témoignés lors des festivités, les commentaires de la presse, l'hommage appuyé du Chef de l'Etat élu et enfin l'absence de toute présence polisarienne, fût-elle sous forme de drapeau.

Une phrase du discours du Roi est à cet égard pleine de sens: le Souevrain a évoqué la restauration de la souveraineté maliennne comme une victoire contre l'extrémisme, l'obscurantisme et le séparatisme.

24/09/2013

Commentaires (1)

  • anon
    Messmar (non vérifié)

    Les retraits de reconnaissance du Polisario se multiplient. Je serai heureux que la Mali en fasse de même mais j'ai peur que cela ne soit interprété comme une monnaie d'échange par rapport aux gestes d'amitié du Maroc envers ce pays ami. Peut être aussi que ce n'est pas simple pour le Mali. Je n'ai pas les éléments suffisants qui me permettraient d'analyser les raisons qui empêchent le Mali d'agir dans ce sens. En tout cas, c'est à l'Union africaine de réintégrer le Maroc en son sein. L'injustice commise à l'égard du Maroc, pays fondateur, est criante. Le Maroc n'a jamais tourné le dos à l'Afrique et aux africains. El les marocains ont besoin d'être reconnus dans leur africanité pour être vraiment eux-mêmes, pour leur identité réelle. Je suis donc indigné, indigné davantage en tant qu'africain que marocain. Ce déni d'identité ressemble à celui d'une mère qui refuse de reconnaitre son enfant. Je suis terriblement indigné de cette situation d'autant plus que maintenant l'U.A. ne peut même jouer le rôle naturel qui est le sien dans le conflit qui oppose le Maroc à l'Algérie et au Polisario. Elle s'est exclue d'elle même des rôles et fonctions qui lui reviennent. Et puis qu'à donc apporté le Polisario à l'Afrique? Rien. Sinon de la zizanie et du parasitage. J'appelle tous ceux qui sont épris de justice de soutenir le retour du Maroc au sein de l'U.A. Ils peuvent par exemple aller sur les sites de cette organisation et exprimer leur indignation, ou tout du moins leur désaccord, car l'U.A. ne peut pas rester la dernière de la classe après une longue série de retraits de reconnaissance au Polisario.

    Jan 20, 2014