Madrid : «Les risques sécuritaires pour les coopérants dans les camps de Tindouf se sont accentués et aggravés avec la crise au Mali».

Ainsi a affirmé, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo, en visite à Nouakchott en Mauritanie. 

«La crise malienne a déstabilisé toute la région, ce qui a provoqué l'aggravation de la situation sécuritaire dans les camps de Tindouf» a-t-il ajouté. 

«On ne peut pas parler d'une situation de normalité dans ces camps» déclare Margallo, rappelant, à cet égard, l'enlèvement, en octobre 2011 dans les camps de Tindouf, de deux ressortissants espagnols et d'une humanitaire Italienne, avant d'être libérés, en juillet dernier, par leurs ravisseurs du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, MUJAO. 

A rappeler que le gouvernement espagnol avait invité ces citoyens à ne plus se rendre dans le sud ouest algérien, devenu, zone de non droit, où sévissent les groupes terroristes algériens et les bandes armées du Polisario.

26/02/2013