Le Maroc critique la Suisse pour permettre au Polisario de s'adhérer à la Convention de Genève

Le Maroc critique la Suisse pour permettre au Polisario de s'adhérer à la Convention de Genève

Le torchon brûle entre le Maroc et la Suisse. En cause, la décision des autorités de Berne d’approuver la demande du Polisario, déposée le 23 juin et validée trois jours plus tard comme indique un document, auprès du Conseil fédéral suisse portant sur son adhésion à la Convention de Genève de 1949. Yabiladi avait évoqué cette décision du CFS il y a un mois à l’occasion d’un article sur la visite d'opposants du Front à Genève.

« Conformément à l’article 96.3 du Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I) du 8 juin 1977, le Front POLISARIO, en tant qu’autorité représentant le peuple du Sahara Occidental luttant pour son droit à disposer de lui-même, déclare s’engager à appliquer les Conventions de Genève de 1949 et le Protocole I dans le conflit l’opposant au Royaume du Maroc », annonce un document signé, le 26 juin, par le gouvernement suisse et notifié aux autres pays adhérents à ladite convention.

Le Maroc proteste

Comme il fallait s’y attendre le ministère des Affaire étrangères  a adressé une lettre de protestation à son homologue Didier Burkhalter, indique aujourd’hui le quotidien Al Quds Al Arabi. « La Suisse a dépassé d’une manière grave ses prérogatives » en acceptant la requête du Polisario, assure Salaheddine Mezouar dans sa missive. Le RNIste fait référence au statut du Conseil fédéral suisse qui est le dépositaire de toutes les Conventions de Genève et de tous ses Protocoles additionnels de 1949 à 2005.

Le chef de la diplomatie s’est dit par ailleurs surpris par le timing de la décision de Berne alors que la région ne connait pas de conflit armé depuis le cessez-le-feu conclu, en septembre 1991, entre le royaume et le Polisario sous l’égide des Nations Unies.

La lettre de Mezouar s’ajoute au déplacement infructueux, effectué le 22 juillet, d’une délégation du mouvement Khat Achahid, des opposants du Front, visant à convaincre les autorités suisses que le Polisario n’est pas le seul représentant des Sahraouis. Une mission tardive comme l’est la réaction de la diplomatie marocaine.

Mais cette reconnaissance n’aura pas un impacte sur le processus des pourparlers sur la question du Sahara occidental. D’autant que le Maroc avant même la Suisse avait implicitement reconnu que le Front représente les Sahraouis de Tindouf en négociant, directement ou indirectement, avec lui.