Le Maroc exige le recensement des populations des camps de Tindouf

Le Maroc a réclamé, hier mardi 30 septembre à Genève, le recensement des populations des camps de Tindouf, qu’il considère comme « la seule situation non-enregistrée au monde ».

Hassan Boukili, chargé d’affaires du Maroc à Genève, a affirmé que le recensement des populations de Tindouf est « un préalable à des solutions durables », hier, durant le segment de haut niveau du Comité exécutif du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR). Il a salué, par ailleurs l’initiative entreprise par un bon nombre de pays africains pour « faciliter la mise en œuvre de solutions durables, soit le rapatriement librement consenti soit l’intégration locale ».

« L’engagement pour l’assistance humanitaire, la protection et les solutions durables passe par le recensement et l’enregistrement des réfugiés », a-t-il déclaré devant le comité, soulignant que cette initiative devrait également s’appliquer aux populations des camps de Tindouf qui sont la seule situation non-enregistrée sur le plan international. Il a, de même, insisté sur la nécessité de l’implication de la communauté internationale dans un processus d’identification des causes pérennisant les blocages et la crise liés aux réfugiés de Tindouf, entre autres l’armement des camps et l’implication de l’Algérie dans ce drame humanitaire et dans l’embrigadement et l’instrumentalisation des séparatistes pour servir ses intérêts tacites.

01/10/2014

Commentaires (1)

  • anon
    Set Off Kalidounien (non vérifié)

    Peut on considérer les sahraouis se trouvant à Tindouf en tant que réfugiés? Est-ce qu'un réfugié peut aller librement là où il veut?
    Si la réponse est oui, pourquoi refuse-t-on cette possibilité à ceux qui veulent rejoindre, simultanément, les deux camps adverses, le Sahara occidental/Marocain ou vers les camps à Tindouf en Algérie, juste pour voir combien de gens vont-ils maintenir le fameux statut de réfugié.

    oct 01, 2014