Le Maroc salue la position de la Russie à propos le Sahara occidental

L'ambassadeur du Maroc à Moscou, Abdelkader Lachhab a salué, jeudi, la position «sage» de la Russie en faveur d'une solution politique et consensuelle au conflit du Sahara.

Abdelkader Lachhab a indiqué dans un entretien avec l'Agence de presse russe «Spoutnik» que le conflit artificiel autour du Sahara «résulte de l'ingérence de parties régionales dans les affaires internes du Maroc avec pour seule ambition d'asseoir leur leadership et hégémonie dans la région».

Le diplomate marocain a ajouté que le Maroc, qui n'a eu de cesse de prouver sa bonne foi en l'Union maghrébine et en ses répercussions positives sur les peuples de la région, soulignant que le Royaume n'a ménagé aucun effort pour contribuer à trouver une solution à ce conflit.

Il a rappelé, que le projet d'autonomie dans les provinces du Sud, qui a été proposé par le Maroc en 2007 suite à l'impasse enregistrée, en tant que solution politique, définitive, juste et mutuellement acceptable, a été chaleureusement accueilli par la communauté internationale qui l'a qualifié de «sérieux» et «crédible».

Abdelkader Lachahb a, par ailleurs, relevé que les autres parties au conflit n'ont présenté aucune nouvelle proposition réaliste et ont persisté à s'opposer aux résolutions onusiennes en la matière, notamment celles concernant le recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, afin de continuer de bénéficier de l'aide humanitaire internationale qui est détournée de façon organisée depuis 2006.

A cet égard, l'ambassadeur a évoqué les rapports publiés par plusieurs organisations non gouvernementales, qui ont tiré la sonnette d'alarme et mis en garde contre l'exploitation de la souffrance des habitants des camps par le front du «polisario», appelant à instaurer un contrôle strict sur la distribution de ces aides pour prévenir leur détournement.

Concernant les relations entre le Maroc et la Russie, le diplomate a rappelé que les deux pays sont unis par des liens solides et historiques, soulignant que le processus de partenariat stratégique lancé en 2002 par les deux chefs d'Etat «va dans le sens d'approfondir ces relations bilatérales aux niveaux politique, économique et culturel».

Il a noté que les relations entre les deux pays ont été marquées, au cours des deux dernières années, par le renforcement de la coopération au niveau économique, soulignant que les échanges ont atteint plus de 2,5 milliards de dollars et rappelant à cet égard la tenue du premier forum d'affaires en juin 2014 en présence de plusieurs ministres, de la 5e session de la Haute commission mixte maroco-russe, de la 2e session de la commission militaire, de la sous-commission de la pêche et la participation du Maroc au Salon international de l'industrie alimentaire et des boissons «Prodexpo» à Moscou.

S'agissant des réformes adoptées par le Maroc, l'ambassadeur a passé en revue les différents chantiers de réformes entreprises par le Royaume dans les domaines politique, économique et social, notamment l'adoption de la Constitution de 2011, la réconciliation avec le passé, la mise en place de la justice transitionnelle, le lancement de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), la réforme du Code de la famille, le lancement du Plan Maroc vert, du Plan Halieutis de la pêche maritime et du Plan Emergence dans le domaine industriel.

Il a, par ailleurs, mis en avant que ces différentes réformes constituent un modèle à suivre au niveau régional, compte tenu que le Maroc connaît la stabilité et offre des opportunités importantes d'investissements, malgré la conjoncture économique mondiale difficile, ce qui lui permet de jouer un rôle de premier plan dans son espace régional.

20/03/2015