Conduite par le député européen Gilles Pargneaux, président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, une délégation de députés européens effectue actuellement une visite dans le royaume. Elle se rendra dans les provinces du sud pour y constater "l’exceptionnel développement".

 

Une délégation de députés européens de différents groupes et tendances politiques effectue, du 2 au 6 juin courant, une mission au Maroc pour s’entretenir avec plusieurs responsables dans le royaume des grands enjeux qui unissent les deux rives de la Méditerranée. Une occasion de se rendre dans les provinces du sud du Royaume pour y constater "l’exceptionnel développement"

 

La mission parlementaire est conduite par le député européen Gilles Pargneaux, président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc.

 

«Je viens au Maroc à la tête d’une délégation trans-partisane de députés européens. Notre ambition est de nous entretenir avec les autorités marocaines des grands enjeux qui unissent les deux rives de la Méditerranée: sécurité, développement économique, stabilité régionale, migration, environnement», a déclaré M. Pargneaux dans un communiqué à la MAP.

 

Il a souligné que les relations entre l’Union européenne et le royaume du Maroc «n’ont dernièrement pas été à la hauteur de l’excellence qui devrait être leur norme».

 

«Nous venons pour dire: l’Europe est aux côtés du Maroc. La diplomatie parlementaire joue à plein régime pour que la spécificité du Royaume, sa stabilité et son dynamisme soient considérés à juste titre par les institutions européennes», a poursuivi l’eurodéputé.

 

«Que ce soit au niveau sécuritaire, environnemental avec l’organisation de la COP22 ou encore migratoire, l’Europe a tant besoin du Maroc», a dit M. Pargneaux.

 

Il a également indiqué que la mission parlementaire se rendra à cette occasion dans les provinces du sud du Royaume pour y constater "l’exceptionnel développement". Cet effort de développement est «une des réalisations majeures du Maroc pour la stabilité régionale, dans une bande sahélo-saharienne en proie aux groupes terroristes, à cause notamment du sous-développement et de l’absence d’Etat, qui doit être absolument reconnue par la communauté internationale», a ajouté le député européen.

 

04/06/2016