Le Maroc vient-il d'adouber le révérend Jesse Jackson ? L’un des fervents défenseurs des droits civiques aux Etats-Unis a eu, hier, des entretiens avec le roi Mohammed VI. Si cette opération de recrutement aboutie, le Maroc aura alors un défenseur de marque au sein du parti démocrate et de la communauté afro-américaine.

Le révérend Jesse Jackson, l’ancien candidat aux primaires du parti démocrate aux élections présidentielles de 1984 et 1988, est au Maroc. Hier, il a été reçu par le roi Mohammed VI en présence de Taïeb Fassi Fihri, le conseiller du roi, et Saâdeddine El Otmani, le ministre des Affaires étrangères. Cette audience couronne la visite du pasteur au royaume, initiée lundi à partir de Dakhla au Sahara.Tout un symbole.

Durant son séjour, l’Américain n’a pas tari d’éloges sur « les différentes actions et réformes menées au Maroc, le rythme soutenu de développement du pays et son expérience démocratique accumulée, qui font du Royaume un modèle particulier à suivre dans la région », indique une dépêche MAP.

Il a tenu les mêmes propos devant les élus et les chioukhs de Dakhla. De son côté, le royaume a réservé à Jackson un accueil digne des plus grands invités, outre ses entretiens avec le souverain au palais de Rabat, le pasteur a pris langue, successivement, avec le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab.

Le Sahara : un problème entre le Maroc et l’Algérie

Le mardi 6 août, sur le site web de sa fondation rainbowpush.org, le révérend a « considéré que le règlement de la question du Sahara passe par un processus de négociation équitable et transparent supervisé par les Nations Unies, soulignant que l'Algérie et le Maroc sont en mesure de trouver un terrain d'entente ». Voilà qui devrait plaire aux officiels marocains.

A aucun moment, Jesse Jackson ne mentionne le Front Polisario ni le terme Sahara occidental. Reste à savoir si ces propos sont tenus par le révérend juste pour flatter ses interlocuteurs marocains ou annoncent-ils son recrutement, en bonne et due forme, en tant que nouveau lobby marocain aux Etats-Unis ? Difficile pour le moment d’apporter une réponse à cette question.

Le fils du pasteur est obligé de payer 750 mille dollars avant le 25 octobre

Durant sa visite au Maroc, le révérend était accompagné par sa femme, sa fille et son fils, Jackson Jr, plusieurs fois député du parti démocrate à la Chambre des représentants, de 1995 jusqu’au 2012. Sa fulgurante carrière politique a été stoppée nette suite à des révélations l’accusant d’avoir détourné, de la caisse de sa propre campagne électorale, 750 000 dollars.

Une somme qu'il aurait dépensée en achetant des objets appartenant au chanteur Mickael Jackson, des manteaux de fourrures et une montre de luxe. La justice américaine s’est saisie de l’affaire. Un juge vient d’accorder à Jackson Jr, un délai supplémentaire, devant arriver à terme le 25 octobre prochain, pour rembourser l’argent qu’il a subtilisé.

08/08/2013