Le Maroc est-il sur le point de remporter la bataille post-verdict de la Cour de justice de l’Union européenne du 21 décembre 2016 ? La secrétaire générale du ministère de la Pêche a annoncé à Vigo, en Galice, le lancement dans deux semaines de négociations pour la conclusion d’un nouvel accord de pêche avec l’Union européenne.

Visiblement, le Maroc est pressé de conclure un nouvel accord de pêche avec l’Union européenne. En témoigne l’annonce faite hier par la secrétaire générale du ministère de la Pêche, Mme Zakia Driouich, à l’occasion d’une réunion entre producteurs marocains avec leurs homologues de l’UE, en marge de la foire Conxemar, organisée du 3 au 5 octobre à Vigo (Galice, nord-ouest), indique le journal La Voz de Galicia.

«Nous espérons que les négociations commenceront dans deux semaines», a révélé Mme Driouich. Une nouvelle accueillie avec soulagement par les professionnels espagnols. Le pays ibérique est, par ailleurs, le principal bénéficiaire de tous les accords de pêche conclus entre Bruxelles et Rabat.

Celui qui est en vigueur jusqu’à juin 2018 permet à 126 chalutiers espagnols, dont une majorité est andalouse, de pêcher dans les eaux atlantiques du royaume. L’annonce de Zakia Driouich a été vivement saluée par le secrétaire général du département espagnol de la Pêche, Alberto Lopez Asenjo, ajoute la même source.

Des obstacles restent à dépasser

Contrairement aux fois précédentes, l’Union européenne n’entamera des discussions avec la partie marocaine sur ce sujet une fois que l’obstacle du verdict de la Cour européenne de justice du 21 décembre 2016 sera définitivement dépassé.

En avril dernier, la Commission européenne a pu obtenir le feu vert des Etats de l’UE afin de lancer des négociations avec le Maroc portant sur une mise en conformité des accords conclus afin qu’ils ne contreviennent pas à la décision de la CJUE.

Ainsi, la condition du «consentement du peuple du Sahara occidental» exigé par la Cour pourrait être remplacée par «le consentement de la population du Sahara occidental». Une modification qui ne viole pas l’énoncé du 21 décembre 2016.

L’annonce faite par la secrétaire générale du ministère de la Pêche, de surcroît en Espagne, est annonciatrice de bonnes nouvelles pour Rabat. Au-delà des compensations financières, la conclusion d’un autre accord de pêche est une victoire politique pour le royaume.

La semaine à dernière, le Polisario a dépêché une délégation féminine à Bruxelles réclamant la signature de protocoles commerciaux avec le Front. Une mission qui s’est soldée sur un échec.

 

08/10/2017