«L'Algérie bloque les visites des ONG de défense des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf» Me Christophe Boutin, vice-président de l'Association française de promotion des libertés fondamentales.

L'Algérie bloque les visites des ONG de défense des droits de l'Homme, comme elle s'oppose au recensement des séquestrés dans les camps de Tindouf, a souligné, samedi, Me Christophe Boutin, vice-président de l'Association française de promotion des libertés fondamentales.

«Comme le relèvent des ONG, l'Algérie bloque régulièrement les visites des ONG de défense des droits de l'Homme, comme elle s'oppose au recensement des séquestrés dans les camps de Tindouf», a affirmé Me Boutin dans un entretien accordé à la MAP, faisant état des graves violations des droits de l'Homme dans ces camps.

Evoquant la question de la sécurité, que les ennemis du Royaume relèguent à un rôle secondaire, Me Boutin a indiqué que le secrétaire général de l'Onu lui-même place cette question au premier plan dans un rapport de 2013, soulignant que «tout observateur sérieux sait que le Maroc joue ici un rôle-clef». Après avoir mis en exergue l'attachement des Marocains, au-delà des clivages politiques, à leurs provinces du Sud, Me Boutin a indiqué que tous les rapports internationaux «félicitent le Maroc de son évolution en termes de protection des droits de l'Homme et de sa collaboration avec les organisations internationales, et considèrent que les nouvelles institutions mises en place sont des interlocuteurs crédibles».

Rappelant, par ailleurs, la présence au Maroc de plusieurs observateurs, dont certains sont ouvertement favorables à la cause des séparatistes du front polisario, au procès des individus impliqués dans les événements de Gdeim Izik, Boutin a mis en avant l'esprit d'ouverture et de liberté du Royaume, que certaines parties, poursuivant d'obscurs desseins anti-marocains, feignent de nier. «On connaît la formule, calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.

Des parties hostiles au Maroc, déçues par les attitudes des hommes politiques internationaux et des organisations internationales, veulent plus que jamais faire de l'agitation», a-t-il dit, faisant observer que leur objectif est d'écarter l'initiative marocaine de large autonomie au Sahara pourtant jugée crédible et réaliste par la communauté internationale. 

18/11/2013