rafael ramirez venezuela

Les membres du C24 prenant part au séminaire régional de ce Comité, qui se tient actuellement à Saint Vincent et les Grenadines, ont dénoncé vigoureusement, dans une lettre officielle, l'attitude partiale et biaisée du président du Comité, l’Ambassadeur du Venezuela aux Nations unies, Raphael Ramirez, d’imposer la participation du "polisario" au séminaire. 

 

Huit membres du Comité, en l’occurrence Saint Vincent et les Grenadines, Sainte Lucie, Antigua et Barbuda, la Dominique, Saint Kits et Nevis, Grenade, la Côte d’Ivoire et la Sierra Leone, ont exprimé leur opposition catégorique à la décision du président du Comité d’inviter le “polisario” à prendre part à ce séminaire. 

 

Ils ont rejeté avec force les arguments fallacieux avancés par l’ambassadeur du Venezuela pour tenter de conférer une prétendue représentativité aux séparatistes. 

 

Ils ont souligné que la position de l’ambassadeur vénézuélien ne représente nullement celle des membres du C24, ajoutant que cette décision n’a même pas été discutée parmi les membres du Bureau du Comité, comme l’exigent les règles de procédures des Nations unies. 

 

Les représentants des huit pays ont fait part de leur soutien sans réserves à la participation au séminaire des représentants démocratiquement élus des deux régions du Sahara Marocain, insistant que cette participation leur permettra de partager avec le Comité les informations de première main sur les développements positifs politiques, économiques et socio-culturels au Sahara Marocain. 

 

L’envoi de cette lettre fait suite à l’intervention, dès l’ouverture du séminaire, de l’Ambassadeur Omar Hilale, Représentant Permanent du Maroc auprès de l’ONU, qui a déconstruit, preuves à l’appui, les arguments infondés de l’Ambassadeur du Venezuela. 

 

18/05/2017