Abordant les relations maroco-algériennes, lors d'une réunion de l'UMA, le ministre marocain des Affaires étrangères a appelé implicitement, vendredi à Rabat, Alger à s'engager dans une volonté de rupture avec les tensions artificielles.

Les cinq membres de l'Union du Maghreb arabe, réunis ce vendredi à Rabat, en les personnes des ministres des Affaires étrangères, ont émis l'espoir que le 7e sommet maghrébin des chefs d'Etat prévu en octobre 2014 à Tunis soit couronné de "succès". L'Algérie, sous-représenté, a émis ce voeu par la voix de son secrétaire général du département des Affaires étrangères, Abdelhamid Senoussi Briksi . Sans avoir froid aux yeux, ce dernier a déclaré que son pays considère la construction du Maghreb comme étant un "choix stratégique irréversible". "Il est temps de parachever l'édification de cet ensemble", a-t-il affirmé, avant d'appeler à une réunion "sécuritaire maghrébine".

Salaheddine Mezouar, ministre marocain des Affaires étrangères, a regretté la faiblesse des activités intermaghribines en matière économique, appelant à la dynamisation des marchés et des flux commerciaux. Evoquant implicitement le froid qui marque les relations maroco-algériennes, le ministre marocain a mis en substance l'accent sur la nécessité de s'engager dans une volonté de rupture avec les tensions artificielles qui éloignent les peuples de la région en dépit de la proximité régionale.

09/05/2014