Le Maroc peut être satisfait de la réunion d’hier soir du Conseil de sécurité consacrée à la Minurso. Les Quinze ont salué le retour de 25 membres de la composante civile et politique de la mission à leur poste. Mieux encore, ils n’ont pas fixé de délai pour « le retour à la pleine fonctionnalité » de la Minurso, comme le revendiquait le Polisario.

Le Conseil de sécurité s’est réuni à huis clos, hier soir, pour examiner l’état d’avancement des négociations sur le retour à Laâyoune des agents de la composante civile et politique de la Minurso. Le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous et le chef de la Minurso, Mme Kim Bolduc, ont briefé les Quinze sur la situation.

 

La réunion s’est conclue sur une note positive pour le Maroc. Le Conseil s’est félicité du retour de 25 membres à leur poste. Ce qui d’ailleurs correspond à la proposition faite par le royaume aux Nations Unies. L’ambassadeur du Japon, dont le pays assure actuellement la présidence du Conseil, a déclaré à la presse que le chiffre du personnel sur le terrain « importe peu » tant que toutes les tâches demandées sont accomplies. Il a toutefois émis le vœu, mais sans fixer pour cela d’échéance particulière, de voir le rétablissement de la pleine fonctionnalité de la mission, conformément à la résolution 2285 adoptée le 29 avril à la majorité absolue.

 

Paris appuie la position de Rabat             

Le représentant de la France, François Delattre, a salué les « progrès » enregistrés jusqu’à présent, appelant les Quinze à les « encourager », rapporte l’agence EFE. Paris dément, ainsi, par les faits des allégations relayées par la presse officielle algérienne faisant état d’une éventuelle « brouille diplomatique » entre le royaume et la France comme cause du report de la visite de Jean Marc Ayrault au Maroc qui était prévue du 1er au 3 juillet.

 

Le délégué du Royaume uni  s’est également montré optimiste, ajoute la  même source. Pour une fois, Londres a pris ses distances avec les thèses des partisans du Polisario au Conseil de sécurité. Ces derniers, notamment le Venezuela et l’Uruguay, sont d’ailleurs restés isolés se contentant de critiquer la « lenteur » du processus du retour des éléments de la Minurso. Une position que partage, également, le mouvement séparatiste.

 

Le représentant du Maroc à New York, Omar Hilale, s’est montré satisfait de l’issue de la réunion de mardi. « Les membres du Conseil de sécurité se sont félicités du package conclu entre le Maroc et le Secrétariat au sujet de la Minurso », a-t-il déclaré à la presse. Une page des tensions entre l’ONU et le royaume est sur le point d’être tournée.

27/07/2016