Même si la Suède n’a prévu aucune réunion sur le Sahara occidental au Conseil de sécurité, l’Uruguay a réussi son forcing. La rencontre sur la Minurso s'est cependant conclue sur un camouflet. Explications.

 

L’Uruguay croyait rendre la politesse à la présidence de la Commission de l'Union africaine, Mme Zuma, en réussissant à forcer le Conseil de sécurité à tenir une réunion sur la Minurso. Tenue comme d’habitude à huis-clos vendredi soir, elle a connu la présentation d’un briefing sur les activités de la mission par Hervé Ladsous, chef des opérations de maintien de la paix à l’ONU.

 

Devant les journalistes, l’ambassadeur suédois -dont le pays assure la présidence tournante des Quinze durant ce mois-ci- s’est montré avare en informations. Il s’est contenté de répéter des généralités puisées dans les propos de ces prédécesseurs. «La Minurso n’a pas encore atteint la pleine fonctionnalité», a-t-il reconnu.

 

Un objectif pourtant placé au cœur de la résolution 2285 du Conseil de sécurité adoptée le 29 avril. Et d’ajouter qu’ «il y a des efforts en vue de parvenir à une solution» à ce problème, comme le rapporte l’agence EFE. Quant à la nature de ses efforts et qui en sont les auteurs ? Olof Skoog n’en dira pas plus.

 

Mystère sur le nombre d’agents de la Minurso expulsés par le Maroc ayant regagné Laâyoune  

 

Très prudent, le diplomate suédois s’est gardé de donner le chiffre exact des agents de la composante civile et politique de la Minurso ayant pu regagner leur poste. Pour mémoire, le Maroc et les Nations Unies avaient conclu en juillet, grâce à une médiation française, un accord prévoyant le retour «progressif» des éléments de Mission expulsés par le royaume en mars 2016.

 

Six mois plus tard, les choses n’ont guère évolué. Très embarrassé, le secrétariat général que ce soit sous Ban Ki-moon ou avec le Portugais Antonio Guteress aux commandes, refuse de révéler combien de ses fonctionnaires ont pu retrouver le quartier général de la Minurso à Laâyoune. Des médias à l’ONU doutent même que le nombre ait réellement atteint 25 personnes sur un total de 83 chassés par Rabat en pleine crise avec le Sud-coréen.

 

La réunion du Conseil de sécurité sur la Minurso n’a pas été programmée par la Suède. Elle n'est que la conséquence de pressions exercées par l’Uruguay -grand allié du Polisario- sur les Quinze. Elle s’est cependant conclue sur une note négative pour Montevideo. Une preuve de plus du peu d’intérêt qu’accorde les Quinze, et notamment les cinq membres permanents, à la question du Sahara. 

29/01/2017