Le modèle de développement des provinces du Sud c est porteur d'une vision stratégique qui ambitionne de faire un pôle régional d'échanges féconds entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne. Ph : eska.fr

Le modèle de développement humain et durable des provinces du Sud présenté lors d'une conférence en marge du «London Book Fair»
Le modèle de développement humain et durable instauré par le Maroc dans ses provinces du Sud a été mis en avant lors d'une conférence, organisée en marge du «London Book Fair» (Salon du Livre) qui se tient dans la capitale britannique du 14 au 16 avril.

Lors de cette conférence, tenue à l'occasion de la parution de la version anglaise de l'ouvrage «Maroc, émergence et développement global», l'économiste français Henri-Louis Vedie, auteur de ce livre, a donné un aperçu général des avancées réalisées par le Maroc dans tous les domaines, saluant «l'approche inclusive et participative» adoptée dans la mise en œuvre du développement des provinces du Sud du Royaume.

«Le Maroc a connu ces dernières années des changements structurants majeurs ayant permis au pays d'asseoir une économie émergente et résiliente qui s'inscrit dans une logique de développement durable et humain profitable à toutes les régions du Royaume», a-t-il indiqué.

Le Maroc a connu une croissance moyenne de plus de 4% entre 1999 et 2014, a souligné le professeur Henri-Louis, affirmant que ce taux de croissance moyen est le plus élevé dans la région du Maghreb.

Le Maroc a, également, réussi à maintenir l'inflation sous contrôle et stabiliser le taux de chômage autour de 9%, a précisé le conférencier, indiquant que toutes ces données et leur évolution témoignent de la résilience de l'économie marocaine, une «résilience qui ne doit rien au hasard».

Selon l'expert français, trois éléments essentiels ont permis cette résilience, qualifiée parfois d'exception marocaine. Le premier a trait «aux fondamentaux du système financier marocain». Le second est lié à la contribution des investissements directs étrangers à l'économie du pays, alors que le troisième trouve son origine dans une stratégie globale d'ouverture et de libéralisation du marché.

«Au lendemain de la marche verte et de la récupération des provinces du Sud, le Maroc a été confronté au défi de tout refaire puisqu'il n'y avait ni eau, ni électricité, ni infrastructures...», a rappelé le conférencier, auteur de plusieurs articles et ouvrages sur la micro et macro-économie.

«Et presque tout a été fait, à commencer par la mise à disposition d'eau potable, d'électricité, la construction des routes, des ports, des écoles, des hôpitaux, des aéroports...», a-t-il précisé, affirmant que la mise en valeur des ressources naturelles des provinces du Sud est devenue actuellement une réalité suscitant l'appréciation de tout visiteur.

Après avoir rappelé l'intégration des provinces du Sud dans les stratégies sectorielles de développement (Plan Maroc vert, Plan pour l'émergence industrielle, la Vision 2020 du Tourisme, le plan Halieutis...), le conférencier, consultant international auprès de plusieurs organismes européens, a salué le modèle de développement forgé par le Maroc.

«Le modèle marocain place le développement humain et durable au cœur de tout développement, tout en privilégiant le développement des énergies renouvelables, la pêche artisanale et le tourisme écologique dans les provinces du Sud où les conditions de vie se sont nettement améliorées en faveur de la population locale, a relevé le professeur Henri-Louis Vedie.

Dans une déclaration à la MAP, l'économiste français a fait savoir que le modèle de développement des provinces du Sud du Maroc est porteur d'une vision stratégique qui ambitionne de faire de ces provinces un espace de développement intégré et un pôle régional d'échanges féconds entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne.

Il a, également, évoqué les grandes lignes de son livre «Morocco, Emergence and Global Development» qui met en avant les chantiers d'envergure ayant permis au pays de devenir un pays émergent et de développer une économie au service de toutes les régions du Royaume. Il a aussi tenu à préciser que le modèle économique marocain s'inscrit résolument dans l'optique du développement durable et humain favorisant la création des emplois.

«Le Maroc a fait le choix de l'avenir et non pas du court terme», a relevé M. Vedie, saluant les stratégies ambitieuses et clairvoyantes adoptées par le Royaume, sous la conduite de S.M. le Roi Mohammed VI, dans de nombreux secteurs.

Docteur d'Etat ès-sciences économiques, diplômé d'études supérieures de droit, Henri-Louis Vedie est professeur émérite du groupe HEC (Paris), département finances et économie.

Il est l'auteur de dizaines d'articles, publiés en France et à l'étranger, et d'une quinzaine d'ouvrages, consacrés à la micro et à la macro-économie, ainsi qu'à des sujets d'actualité et au Maroc, dont il est devenu spécialiste reconnu.

Henri-Louis Vedie est également consultant auprès de sociétés et d'organismes internationaux, dont le Conseil de l'Europe.

15/04/2015