Le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a soupiré ainsi dimanche à Rabat, lorsque furent évoqués devant lui les propos de Hamid Chabat.

la 33ème session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UMA, réunie hier, dimanche 5 avril à Rabat, a pris part le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci. 

 

Participant à l’animation d’une conférence de presse clôturant cette réunion ministérielle maghrébine, Mourad Medelci dut répondre à une question sur la réaction de son pays, aux récents propos du secrétaire général de l’Istiqlal, Hamid Chabat, qui avait, des jours auparavant, annoncé que son parti poserait officiellement au conseil du gouvernement, la question du Sahara oriental, spolié depuis sa création en 1962, par le pouvoir algérien. 

  

Mourad Medelci eut pour réponse : «Nos frères marocains que Dieu leur pardonne!!!», il ajoutait que: «Peut-on accepter des déclarations ainsi, émanant de certains de nos frères au Maroc ??», décriant qu’il n’est plus question «de parler de choses, éculées et réglées depuis longtemps» et menaçant que cela ne passera pas «sans réaction». 

 

Par ailleurs, sur La question du Sahara, Medelci assurait que son pays refusait que «soit posée sur le plan bilatéral, cette affaire», puisque dit-il, «elle se trouve au niveau des Nations unies». 

 

Il poussa plus loin en accusant Saad Dine El Otmani d’avoir accepté ce principe, annonçant devant lui que sa visite à Alger, il y a une année et demi, «était basée sur cet accord».

PRESSE MAROCAINE LA MAL AIMÉE

Au niveau des relations bilatérales, Medelci a souligné que son pays et le Maroc sont liés, dans leurs relations par les «mêmes ambitions», en souhaitant que celles-ci «évoluent positivement et rapidement pour devenir naturelles dans tous les domaines quels que soient les problèmes qui se dressent devant eux». 

Le ministre algérien a plaidé pour que soit nécessaire, l'instauration d'un climat favorable pour le développement des relations bilatérales entre les deux pays. 

 

Medelci ne tarda néanmoins pas à adresser à nouveaux, les accusations de son régime, à la presse marocaine, la disant travailler à plomber les relations entre les deux pays. 

 

Concernant la réouverture des frontières terrestres entre les deux pays, Medelci a affirmé que cette question fait l'objet, depuis longtemps, d'une étude mais «n'est pas à l'ordre du jour» des travaux de l'UMA. 

 

Il a cependant réaffirmé que la réouverture des frontières ne sortira pas d'un cadre dépassant la volonté des deux peuples.

06/05/2013

Commentaires (2)

  • anon
    le digne marocain (non vérifié)

    Je pose la question à M. LEMDELCI, croyez vous au tracé actuel des frontières Algéro-Marocaines ? C’est à la France de nous délimiter ces frontières , on ira loin encore ..... Vaut mieux à nos côtés un état hébreux qu'un pays comme le votre ..... Vous souhaitez une fenêtre sur l'Atlantique ? HA HA HA.

    mai 07, 2013
  • anon
    admin

    les algeriens peuvent rever d'avoir paris et marseille mais pas un centimetre du sahara hahaha

    mai 07, 2013