Les autorités péruviennes ont interdit, hier après-midi, le retour au pays à Khadijetou El Mokhtar la présidente de la commission des relations internationale au sein de l’ «Union des femmes sahraouies», une émanation du Polisario, indique un média au Venezuela pro-Maduro.

Depuis juin dernier la dame a été nommée par Brahim Ghali «ambassadrice» à Lima dans le cadre d'une opération de redéploiment des cadres du Front à l'étranger. Sur l’agenda péruvien de Khadijetou figurait notamment l'animation de conférences à l’initiative de la «Ligue d’amitié parlementaire du Pérou».

L’avocat de la polisarienne assure que sa cliente a été détenue «pendant plus de 9 heures» par la police de l’aéroport de Lima et qu’elle devrait être expulsée vers l’Espagne.

Il se teouve que l’actuel président péruvien, Pedro Pablo Kuczynski, est plus proche du Maroc. Cet ancien expert de la Banque mondiale et maintes fois ministre de l’Economie partage avec Rabat, son appui à l’opposition vénézuélienne.

Si le Pérou reconnait toujours la «RASD», l'expulsion de Khadijetou El Mokhtar pourrait être le prélude d'une prochaine révision de cette position.

 

10/09/2017