Madrid : Des sources médiatiques espagnoles citant des rapports français, ont fait état de la terreur dans laquelle se retrouve le bras petro-gazier du pouvoir algérien, suite au grand intérêt que manifestent les majors mondiales du secteur pour le Maroc.

La Sonatrach espionnerait le Maroc. C’est ce que vient de révéler le journal espagnol Correo Diplomatico, qui cite un rapport publié par le journal français de même classe, Courrier Diplomatique. 

 

Selon cette source, la compagnie algérienne, considère avec peur énorme, le récent intérêt exprimé par les plus grandes majors mondiales du secteur pour le Maroc. 

 

Une chasse effrénée aux chiffres des estimations des prospecteurs au royaume, a ainsi été lancée par l'Algérioe. 

 

Mise à la tache, la Sonatrach. 

 

Correo Diplomatico a rapporté que la compagnie publique algérienne a installé pour cette mission d’espionnage, une cellule dont la constitution, l’organisation et le financement, ont été confié à une filiale de la Sonatrach, la société Sipex. 

 

Sipex a été chargée d’établir un réseau de contacts à l’intérieur des compagnies pétrolières travaillant au Maroc, pour tenter de leur subtiliser leurs documentations avec les statistiques les plus récentes sur leurs estimations des gisements en découverte au royaume. 

 

La même source a indiqué que le régime algérien est ulcéré des suites ininterrompues d’informations, circulants sur les places financières internationales, portant sur l’arrivée au Maroc de grands du secteur, comme les derniers en date, Repsol, Total, Anadarko, Cosmos ou Chevron.

18/03/2013