Le plan d'autonomie, une initiative très importante

L'initiative d'autonomie proposée pour le Sahara est très importante dans la mesure où elle offre de larges prérogatives aux populations des provinces du Sud, a affirmé le secrétaire général de l'Organisation des régions unies-Forum global d'associations de régions (Oru-Fogar), Carlos Llorens Vila.

 

«L'initiative d'autonomie pour le Sahara est un projet important qu'il convient d'étudier, étant donné qu'il offre de larges prérogatives» aux populations locales, a indiqué cet expert espagnol, dans une déclaration de la MAP, en marge de sa participation au 7e Sommet mondial des gouvernements régionaux relevant de l'Oru-Fogar, qui s'est ouvert jeudi à Rio de Janeiro.

 

De l'avis de cet expert espagnol en décentralisation, qui avait visité à plusieurs reprises le Maroc, l'initiative d'autonomie mise sur la table par le Maroc en 2007 pour mettre fin à un conflit régional qui n'a que trop duré «est plus large que celle mise en œuvre en Catalogne». 

 

L'Oru-Fogar, a-t-il ajouté, porte «une grande attention» au processus de régionalisation lancé par le Maroc pour être à la page avec les spécificités régionales et favoriser une gestion de la chose locale par les populations de la région, en se félicitant de la participation du Maroc au Sommet mondial des gouvernements régionaux.

 

Le 7e Sommet mondial des gouvernements régionaux relevant de l'Oru-Fogar connaît la participation d'une importante délégation marocaine conduite par Mohand Laenser, président de l'Association de Régions du Maroc (ARM) et du Conseil régional de Fès-Meknès.

 

En plus du Maroc, plusieurs délégations du Kenya, du Chili, de Bolivie, du Sénégal, du Brésil, du Paraguay, de l'Uruguay, de l'Argentine, d'Equateur, du Mexique et de la Colombie prennent part à ce Sommet aux côtés de représentants d'organisations internationales régionales et internationales comme le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et de la Banque mondiale (BM).

 

Organisée sous le thème «Gouvernements régionaux, comment pouvons-nous être plus efficaces ?», cette rencontre de deux jours traite de plusieurs thématiques consacrées, notamment à des questions comme la gestion territoriale durable, les compétences régionales, le financement des gouvernements intermédiaires et la protection de la diversité culturelle, rappelle-t-on.