Après quelques moments d’hésitation, le Polisario, résigné, admet la démission de Christopher Ross. M’Hamed Khadad, le coordinateur avec la Minurso, est le premier à réagir au départ de l’envoyé personnel du secrétaire général au Sahara occidental.

C’est le «résultat du blocage par le Maroc des négociations depuis 2012», a-t-il déclaré à la presse. Et d’ajouter que cette décision est également la conséquence «de l’indifférence du Conseil de sécurité devant l’expulsion du personnel» de la mission onusienne par le Maroc en mars 2016.

De son côté Jeffry Feltman, qui assume les fonctions de responsable des Affaires politiques à l’ONU, a confirmé la démission de son compatriote. «Il a été incapable d’amener les deux parties à reprendre les négociations» et du coup «il a présenté sa démission au secrétaire général des Nations Unies», a indiqué l’Américain dans des déclarations à la presse à New York rapportées par l'agence Europa Press.

La dernière fois que Ross avait réussi à réunir le Maroc et le Polisario, dans le cadre de discussions indirectes, remonte à mars 2012 à Manhasset.

Le Maroc n’a pas encore réagi au départ de Christopher Ross.

 

09/03/2017