Guerguarat mauritanie maroc

A défaut d’installer un camp à Lagouira pour les déplacés du «camp Dakhla», comme l’exige l’Algérie, le Polisario opte pour les environs de Guerguerate. Les préparatifs sont déjà lancés.

 

«La direction du Polisario s’apprête à installer des familles sahraouies à Guerguerate», nous confie une source au Sahara. «Hier une caravane, composée d’une quinzaine de familles, essentiellement des proches de miliciens du Front, ont quitté le ‘camp Dakhla’ en direction de la zone tampon», ajoute-elle. Or, la destination initiale des déplacés était Lagouira, contrôlée par l’armée de Nouakchott. Une option de plus en plus improbable alors que les relations maroco-mauritaniennes sont sur la voie de la normalisation, et ce, après quatre années de vives tensions.

 

L’heure est plutôt au dégel avec, en perspective, le retour de l’ambassadeur du voisin du sud à Rabat et la nomination d’un diplomate marocain suite au décès de feu Ben Omar. Un haut cadre au ministère de l’Intérieur est d’ailleurs pressenti pour prendre les rênes de la chancellerie du royaume. «Les procédures d’accréditations des deux diplomates sont déjà lancées», précise la même source.

 

Pressions de l'Algérie

 

Depuis la communication téléphonique, le 27 décembre dernier, entre le roi Mohammed VI et le président Mohamed Ould Abdel Aziz, aucun déplacement d’un Polisarien à Lagouira n’a été annoncé, et plus aucune photo n'a été publiée. La visite dans la zone du «ministre de la Défense», Abdellahi Lehbib Bellal, effectuée le 14 décembre, est en effet la dernière du genre.

 

Compte tenu de ses développements sur la scène régionale, Brahim Ghali et les siens ont donc été contraints d’opter pour Guerguerate. D’autant que le parrain algérien les pressent de vider le «camps Dakhla». Alger envisage - avec la contribution de la Chine - d’entamer cette année l’extraction du fer de la mine Ghar Djebilet située à Tindouf. Alger avait déjà avisé la direction du Polisario de son intention de déloger la population sahraouie du «camp Dakhla» sans destination de remplacement.

 

Guerguerate offrira finalement une solution idoine pour Ghali. Cela lui permettra de gagner en popularité, notamment auprès de l’aile radicale du Front d’une part ; de redonner de l’intérêt médiatique et politique à la situation dans la région frontalière entre le Maroc et la Mauritanie d’autre part. Durant les derniers mois de 2016, le Conseil de sécurité a d’ailleurs fait preuve d'un manque d'intérêt notable concernant ce dossier.

17/01/2017