Khadija Hamdi, veuve de Mohamed Abdelaziz, chef du Polisario / DR

Brahim Ghali, l’un des prétendants à la tête du Polisario, a fait circuler dans les camps un testament sonore de Mohamed Abdelaziz le désignant comme son successeur. Mais la route vers le « palais jaune » de cet originaire de Rhamna n’est pas encore balisée. Se dresse devant ses ambitions, les plans de Khadija Hamdi : la veuve de l'ancien chef du Front Polisario.

A trois semaines du congrès extraordinaire du Polisario, prévu les 8 et 9 juillet, la course entre les prétendants à la succession de Mohamed Abdelaziz s'accélère. Les partisans d’un candidat non-encore déclaré ont fait circuler dans les camps de Tindouf un enregistrement sonore attribué à l’ancien chef du Front confiant le leadership du mouvement séparatiste à Brahim Ghali, indique le Forum de soutien des autonomistes de Tindouf.

Un « testament sonore »      

Ce « testament », qui circule depuis peu dans les camps, est destiné à booster les actions de Ghali auprès de la population. Un stratagème qui n’est pas sans rappeler la « délégation écrite » de Mohamed Abdelaziz, alors alité aux Etats-Unis, brandie par Taleb Ould Oumar, en concertation avec Khadija Hamdi, pour présider les travaux du secrétariat du Polisario et faire taire les voix contestatrices.

Ghali, depuis le 14e congrès de décembre 2015, est l’actuel responsable du secrétariat politique du Front. Un poste qu’il cumule avec sa désignation, depuis sa fuite de l’Espagne en décembre 2008, « ambassadeur » en Algérie. Et depuis le décès d’Abdelaziz, il est le président de la commission préparatoire du prochain congrès du Polisario. Auparavant, Ghali avait occupé le poste de « ministre de la Défense ». Des titres qui le placent en pole position pour succéder à Mohamed Abdelaziz.

Ghali originaire de Rhamna

La probable ascension de cet originaire de la région de Rhamna au Maroc ne dépendrait pas uniquement de la seule volonté des sahraouis. Comme ce fut le cas en 1976 lors de la désignation de Mohamed Abdelaziz à la surprise générale, l’Algérie aura le dernier le dernier mot dans la nomination du chef du Polisario.

« Mais Ghali n’est pas le seul prétendant à occuper le palais jaune au camp Rabouni. Khadija Hamdi pousse ses relais en Algérie pour "élire" le "premier ministre" Taleb Ould Oumar. Il jouit de sa confiance et lui permettrait de gouverner sans s’afficher publiquement », nous confie une source au Sahara. « Il serait le chef idoine qui préserverait les intérêts économiques de la famille d’Abdelaziz dans la revente des aides à la population », ajoute-elle.

Mme Hamdi est une ressortissante algérienne. Elle est « ministre de la Culture » et membre du secrétariat général du Front. Les médias entrent également dans sa zone d’influence. Depuis la fin 2014, Ould Oumar avait conduit les délégations du Polisario aux sommets de l’Union africaine. Il était également le principal interlocuteur de Christopher Ross et du chef de la Minurso, Kim Buldoc.

14/06/2016