Le Polisario prétend pouvoir protéger les humanitaires pour relancer l’aide humanitaire

Le vieux conflit du Sahara Occidental piétine encore en raison du rejet par le Polisario, de la dernière proposition marocaine d’une large autonomie pour ce territoire contesté. Les dirigeants du Polisario et leurs mentors algériens semblent privilégier le statut-quo qui 
e reste du désert algérien, des régions classées comme zones à très haut risque par les gouvernements de plusieurs pays notamment occidentaux.

Humanitarian workers kidnapped from polisario camps

Bien que les trois otages aient été libérés le 18 juillet 2012 en échange de la libération par la Mauritanie de plusieurs djihadistes du Mujao et le versement d’une forte rançon de quelques 15 millions d’Euros, la direction du Polisario n’a jamais pu élucider dans quelles circonstances exactes a eu lieu la prise d’otages dans le camp de Rabouni, pourtant hautement surveillé et quadrillé par les milices du front et l’armée algérienne.

Pourtant les experts étrangers ont bien établi que l’enlèvement n’a pu avoir lieu sans une complicité interne.

Comment alors le président du Croissant rouge sahraoui, Yahia Bouhbini ose-t-il aujourd’hui prétendre que le Front Polisario possédait « tous les moyens » pour assurer la protection des missions humanitaires internationales ?

Italian hostages taken from polisario

 

La réalité, c’est que de nombreux pays anciens donateurs ont été choqués en découvrant les supercheries des dirigeants du 

mouvement séparatiste sahraoui qui jouent à la fois le double jeux de victimes et de complices des groupes terroristes armés. Ils ont alors conseillé à leurs

 ressortissant d’éviter cette région, et réduit au minimum ou carrément fermé le robinet de leurs aides humanitaires destinées aux populations sahraouies sous contrôle du Polisario à Tindouf.

Dire aujourd’hui que le Polisario «est en mesure» d’assurer la protection des délégations humanitaire dans les camps de Tindouf , ce n’est là, de l’avis d’un observateur occidental basé à Alger, qu’une  nouvelle supercherie et une vaine tentative des dirigeants du Polisario de rouvrir la vanne des aides étrangères qui alimentent leurs comptes bancaires à l’étranger, car seules des miettes parviennes aux vrais destinataires.

19/08/2013