C’est devenu un reflex pavlovien. Au lendemain de chaque intervention ferme du roi Mohammed VI sur le différend territorial du Sahara, la direction du Polisario menace d'un retour aux armes. Le discours de la Marche verte n'a pas dérogé à la règle.
Une option que Mohamed Abdelaziz a brandie dimanche 8 novembre dans des déclarations au quotidien catalan, La Vanguardia, affirmant même que cette question figurera au menu du prochain congrès du Front, prévu en décembre prochain au « camp de Dakhla ».
Le même jour, son « premier ministre » Abdelkader Taleb Oumar a répété, presque mot pour mot, le même message dans un entretien accordé à l’agence espagnole EFE. Il a souligné que les responsables du Front subissent une « pression » de la part des jeunes « lassés de quarante ans » de conflit pour une reprise des armes contre le Maroc.
Le Polisario et le royaume avaient signé un cessez-le-feu le 6 septembre 1991 sous l'égide des Nations Unies.

10/11/2015