Alger - "Les autorités politiques ont interdit la tenue des "Débats d'El Watan", a déclaré le quotidien algérien "El Watan" aprés que le service de censure ait bloqué la tenue d'un débat prévu pour demain samedi 9 novembre 2013", qui devraient avoir pour thème "Statu quo autoritaire - Quel coût pour l'Algérie".

Dans un communiqué mis en ligne, "El Watan", plus gros tirage en Algérie, "dénonce cette grave atteinte à la liberté de la presse et d'expression dans notre pays" et "s'inquiète pour l'avenir des quelques espaces d'expression encore existants", tout en qualifiant de "fallacieux" les arguments utilisés pour l'interdiction. 

 

La direction du journal rappelle qu'elle "a pour habitude d'organiser ces débats depuis 2005 sans autorisation de l'administration", estimant que ces rencontres "ont rencontré un énorme succès auprès des lecteurs et du public de manière générale". 

 

"Cette interdiction intervient alors que le mouvement social est laminé, des journaux sont censurés, un jeune blogueur est jeté en prison, des menaces sont proférées par le ministère de la Défense nationale contre un journaliste d'El Khabar, et que les atteintes aux libertés se généralisent", constate le communiqué. 

 

Et de souligner: "Les autorités empruntent un chemin dangereux pour le pays. Il y a volonté de revenir aux années de plomb en balayant tous les acquis démocratiques arrachés par les Algériens en octobre 1988. C'est une voie qui mène au désordre et à l'instabilité".

08/11/2013