Ahmed Ouayach

L'Accord agricole unissant le Maroc et l'Union Européenne est la cible de "machinations". C'est ce qu'a déclaré ce lundi 6 février, Ahmed Ouayach, le président de la Confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural (COMADER).

 

Lors d'un entretien téléphonique diffusé lundi sur les antennes de Medi1 TV, Ahmed Ouayach, le président de la COMADER qui réagissait au communiqué rendu public par le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime plus tôt dans la matinée pour demander à l'UE "d'assurer le cadre nécessaire pour l'application dans les meilleures conditions des dispositions de l'Accord agricole la liant au Maroc", a dénoncé des "machinations politiques" et "illégitimes" visant à "briser" cet Accord.

 

"Nous nous attendions à ce que la raison s'élève au dessus de tout, notamment après la dernière décision de la Cour de justice de l’UE (CJUE) qui dit que cet Accord doit rester en vigueur", a-t-il regretté, rappelant que ce type d'accords entre le Maroc et l'UE date depuis plus de cinquante ans, "soit bien avant sa dernière mouture de 2012". "Les articles de l'Accord agricole Maroc-UE sont clairs, tant en ce qui concerne la période d'exportation et que les prix des produits", a souligné le président de la COMADER, faisant part de son indignation face aux "combines politiques qui ciblent les produits marocains".

 

Le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime a indiqué, lundi dans un communiqué, que l'UE doit assurer le cadre nécessaire pour l’application dans les meilleures conditions des dispositions de l'Accord agricole la liant au Maroc, ajoutant que la Commission européenne, ainsi que le Conseil européen ont la responsabilité de neutraliser les tentatives de perturbation par des positions et un discours clairs et cohérents sur des décisions que ces instances ont, elles-mêmes, portées et adoptées.

06/02/2017