Le documentaire réalisé par Hassan El Bouharrouti "L'identité d'un Front", a été projeté lundi 02 nov.2015 dans l'une des salles du Parlement britannique devant un parterre de députés du parti conservateur (au pouvoir) et de l'opposition travailliste ainsi que d'universitaires et d'intellectuels.

Cette projection, qui s'est déroulée en présence notamment de l'ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne Lalla Joumala et de l'ancien représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Erik Jensen, a jeté la lumière sur les circonstances historiques de la création du "front polisario" et mis à nu l'implication flagrante de l'Algérie dans ce conflit régional.
Ce film se veut un outil pédagogique. Il a respecté les règles de chronologie documentaire allant de la présentation du manifeste de l'Indépendance en passant par la visite historique effectuée le 25 février 1958 par feu SM Mohammed V à M'hamid El Ghizlane, la Marche Verte et les agissements de l'Algérie pour porter atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume.
Le documentaire a permis ainsi d'éclairer l'assistance sur la question du Sahara et en particulier ceux induits en erreur par la propagande séparatiste algéro-polisarienne. Il a présenté une lecture objective sur le contexte géopolitique et géostratégique ayant entouré la création du "polisario" et l'instrumentalisation de ses milices par l'Algérie pour servir ses intérêts et nuire aux droits légitimes du Maroc.
Le film a également évoqué les conditions de vie lamentable prévalant dans les camps de Tindouf (sud-ouest de l'Algérie) et les souffrances endurées par les populations séquestrées que les autorités algériennes refusent toujours de recenser.
Le documentaire a, en outre, dévoilé les violations flagrantes des droits de l'Homme commises par les chefs du polisario à l'encontre des populations, ainsi que les entraves dressées par l'Algérie pour bloquer tout règlement politique et faire perdurer ce conflit artificiel.
Le réalisateur a donné la parole à plusieurs sahraouis marocains ayant rallié le Maroc dont certains anciens dirigeants du polisario, qui ont dénoncé les mensonges véhiculés par les séparatistes et les drames humains résultant de leurs politiques refusant la solution politique proposée par le Maroc
Un débat a suivi cette projection en présence d'une assistance nombreuse qui a relevé l'importance de ce documentaire, dont le premier objectif est d'informer les hommes politiques britanniques, toutes tendances confondues, des évènements clés de l'histoire contemporaine du Maroc et leur démontrer la légitimité de la cause de l'intégrité territoriale du Maroc.
La projection de ce documentaire a été marquée par l'intervention de l'ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni qui a mis l'accent sur l'importance de cet événement qui intervient à quelques jours de la commémoration du 40ème anniversaire de la Marche Verte, un événement phare dans l'histoire du Royaume.
Elle a souligné la pertinence du plan marocain d'autonomie pour le Sahara, un plan salué par la communauté internationale, alors que l'Algérie continue de bloquer toute solution, portant ainsi atteinte à l'intégration régionale maghrébine.
Dans une déclaration à la MAP, le réalisateur du film a fait savoir qu'il a décidé de se lancer dans ce projet dans le but d'informer l'opinion publique sur la réalité du polisario et ses acolytes.

"Il m'a semblé nécessaire de lever le voile sur la réalité du polisario en retraçant son histoire depuis les débuts de sa gestation à nos jours et l'établissement d'une radioscopie afin de faire la lumière sur les séparatistes", a-t-il ajouté, soulignant la nécessité pour la communauté internationale de faire pression sur le polisario et ses adeptes pour mettre fin aux souffrances des sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf.
(MAP)

04/11/2015