L'administration de la municipalité de Lozio, une ville située dans la province de Brescia, a décidé aujourd'hui que l'ancien chef de police du Front Polisario, Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, citoyen d'honneur pour ses batailles en faveur des droits de l'homme, et particulier le peuple sahraoui vivant dans le camp de réfugiés de Tindouf, dans le sud de l'Algérie, sans pouvoir être réunis avec leurs familles présents dans les régions du sud du Maroc. Le conseil municipal, réuni ce soir, présidé par le maire Antonio Giorgi a approuvé la résolution de conférer la citoyenneté honoraire militante sahraouie qui il ya deux ans a quitté le Front Polisario pour soutenir le plan d'autonomie proposé par le Maroc au Sahara occidental en 2007. Mustapha Salma mène une bataille pendant des mois devant le bureau du HCR à Nouakchott afin de retourner dans sa famille à Tindouf, où il a été arrêté une première fois en 2010, puis expulsé pour haute trahison par le Polisario. L'initiative, qui a eu lieu aujourd'hui dans la province de Brescia, a été promu par les «affluents», dirigés par des immigrants italiens et nord-africains de la région, soutenus par la fédération provinciale du Parti socialiste italien "dans le cadre de la coopération avec le marocain du Parti socialiste ", dans un communiqué qu'il s'est engagé à« activer initiatives similaires avec d'autres groupes nationaux de la rencontre entre les peuples de la liste socialiste internationale. " C'est la première fois en Italie que la municipalité accorde la citoyenneté honoraire à l'sahraoui dissident militant. La satisfaction a été exprimée par le maire de Lozio, Giorgi, qui a dit qu '«il est important de donner un signe de solidarité avec ceux qui luttent pour la défense des droits de l'homme et de la liberté d'expression. Cet homme est un exemple des combats pour la défense de ceux qui soutiennent ses idées à tout prix pour le bien de son peuple. " Lors de la réunion de la junte est également intervenu le secrétaire provincial du Parti socialiste italien de l'Italie, Maria Cipriani, qui a expliqué que «en plus de citoyen d'honneur, c'est une occasion importante de dialogue et de solidarité, car il a également été approuvé projet de jumelage avec la ville de Smara, dans le sud du Maroc, ce qui nous permettra de faire connaissance avec de nouvelles personnes. Nous espérons que d'autres villes de notre pays sont parties à de telles initiatives. "

 

Moustafa Salma Ould Sidi Mouloud est un ancien dirigeant du Front Polisario qui, après une vie dans le camp de réfugiés sahraouis à Tindouf, en Algérie, a décidé d'abandonner le groupe séparatiste et de soutenir le plan d'autonomie au Sahara proposé par le Maroc. Sur Août 9, 2010 Mouloud, qui était le chef de la police interne du Polisario, a tenu une conférence de presse à Smara, dans le sud du Maroc, où il a annoncé sa décision de soutenir le projet d'autonomie au Sahara présenté par l'ONU gouvernement de Rabat en 2007. A partir de ce moment, il était impossible pour lui de retourner à Tindouf, où vivent sa femme et ses cinq enfants. Pendant des jours, il a trouvé refuge dans un village du sud de la Mauritanie, en plein cœur du désert. Merci pour le téléphone satellite est resté en contact avec ses amis: «J'ai décidé de retourner à Tindouf en dépit des menaces de mort - a écrit dans son message texte - parce que c'est là que j'ai passé toute ma vie et je sais que d'autres endroits que camp de réfugiés. Et aussi parce que je pense que la politique de la direction du Polisario est erroné. pas dans l'intérêt du peuple sahraoui penser, mais seulement à maintenir leur caste. " Quelques jours plus tard, Septembre 21, 2010, Mouloud a été arrêté alors qu'il était Tismi Mahriz, à 30 kilomètres de la frontière de la Mauritanie, et son sort n'a pas entendu parler de lui depuis deux mois. Il a été détenu dans une prison dans le désert algérien sur une accusation de haute trahison. Il a ensuite été remis 1 Décembre 2010 par les hommes du groupe séparatiste agence du HCR en Mauritanie. E 'a été rendu après de fortes pressions internationales, dans le Oughanit, le long de la frontière entre la Mauritanie et le sud de l'Algérie et est depuis lors à Nouakchott. Depuis plusieurs mois, mène une protestation illimitée devant le siège de l'ONU dans la capitale mauritanienne demandant de retourner sur le terrain de Tindouf sahraoui à être réuni avec sa femme et ses enfants. (Agenzianova.com)

 

28/11/2012