La participation, pour la première fois, de deux élus du Sahara marocain au séminaire régional du C24, a provoqué une poussée de fièvre chez la machine à propagande algérienne. L’APS a tenté d’occulter les échecs cumulés par une diplomatie algérienne aux  abois et ce, en travestissant les évidences onusiennes au sujet de la participation des élus du Sahara marocain à ce séminaire à Grenade.

 

En effet, l’Agence de presse algérienne (APS) a poussé à l’extrême ses délires et falsifications des faits en publiant  une  dépêche  qui  a   essayé  désespérément  de  nier  la  participation  de  M.  Mhamed  Abba,  vice-président de la région Laayoune-Sakia Al Hamra, et Mme Ghalla Bahiya, vice-présidente de la région Dakhla Oued Eddahab, à ce séminaire. 

 

Afin d’éviter le ridicule de ce “fake news” de ses informateurs de la délégation algérienne, l’APS aurait dû consulter les documents officiels et le déroulement de ce séminaire. Elle aura été confrontée à 7 preuves irréfutables de la participation des élus du Sahara marocain au séminaire de Grenade :.

 

  – Les deux élus ont reçu à Laayoune et à Dakhla, une lettre d’invitation officielle du président du C24, au nom de tous les membres du comité, pour participer au séminaire.  

 

  – La participation de ces deux élus est une première dans les annales des séminaires du C24. Ces derniers étaient depuis leur lancement il y a plus de deux décennies, une chasse gardée de l’Algérie et de ses séparatistes.

 

   – L’intervention de M. Mhamed Abba sur la question du Sahara est dument consignée dans le programme de travail du séminaire. Ce document officiel a été adopté par consensus par l’ensemble des participants à la séance d’ouverture du séminaire.

 

   – Le texte de l’intervention de M. Abba sur la question du Sahara a été circulé en tant que document du séminaire au même titre que toutes les autres interventions sur la même question.

 

  

 

   – Les noms des deux élus des provinces du sud, Mme. Ghalla Bahiya et M. Mhamed Abba figurent sur la liste officielle des participants du séminaire, sous la partie Sahara. Cette liste officielle, faisant partie intégrante du rapport final du séminaire, a été adoptée par consensus lors de la clôture de la réunion. 

 

 

 

    – Plusieurs participants du séminaire ont salué l’intervention de M. Abba et le caractère démocratique, pacifique et transparent des élections régionales de septembre 2015, en présence justement des deux élus issus de ces élections. 

 

   – Les deux élus figurent sur la photo officielle du séminaire de Grenade en présence du Ministre des Affaires Etrangères de ce pays, S. E. M. Peter David.

 

    L’APS ne peut donc ni nier les faits, ni réécrire l’histoire de ce séminaire et encore moins rattraper les déboires de la diplomatie de son pays. N’en déplaise à l’Agence de propagande algérienne, la prise de parole et la participation des élus des provinces du sud en tant que représentants de la région est un fait et une réalité, désormais documentés dans les annales des Nations Unies et les rapports officiels du C24.

 

    Le déni dans lequel s’est empêtré l’agence de presse algérienne est révélateur du désarroi de l’Algérie qui a subi deux grandes déconvenues aux Nations Unies en moins de 15 jours : l’adoption de la résolution 2414 du Conseil de Sécurité et la confirmation par les Nations Unies à Grenade de la légitimité de la représentativité des élus des provinces du sud. En même temps, le séminaire de Grenade a battu en brèche toute prétention de représentativité du polisario. 

 

    La légitimité internationale, après celle au niveau national, des représentants élus du Sahara marocain n’est évidemment pas du goût des commanditaires habituels   au sein du régime algérien, qui se trouve aujourd’hui acculé dans ses retranchements après les révélations de la collusion avérée du Hezbollah, allié del’Iran, et le polisario, au demeurant condamnée avec force par le concert des nations.

 

   La diplomatie algérienne, qui s’est bunkerisée dans une vision dogmatique étroite datant de la guerre froide, et ses stipendiés du polisario, ont été réduits à faire le constat impuissants face à cette victoire de la diplomatie marocaine. Cette dernière, sous la conduite éclairée et visionnaire de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, vient ainsi de franchir un nouveau palier, dans le processus bien réfléchi et pondéré de consolidation des acquis engrangés sur la scène internationale eu égard à l’intégrité territoriale du Royaume. 

13/05/2018