Révélations sur l’affaire du journaliste mauritanien manipulé par un diplomate algérien

Le directeur de publication du journal mauritanien «Al Bayan El-Souhoufi», Ibrahim Ould Moulaye Ahmed, a été convoqué lundi 21 avril à la direction de la Sûreté mauritanienne. Motif : un faux scoop que lui aurait soufflé un diplomate algérien pour nuire à la relation entre Rabat et Nouakchott.

L’affaire secoue le landerneau médiatico-politique mauritanien, qui se réveille sur une grosse manipulation orchestrée par Alger pour compromettre le rétablissement de l’axe Rabat-Nouakchott. L’affaire a pris une telle ampleur que des instructions ont été données par les hautes sphères du pouvoir mauritanien afin de démonter les ressorts de ce qui a l’air d’une grosse machination où s’imbriqueraient renseignement, diplomatie et médias.
Que s’est-il alors passé ? Un faux «scoop» prêterait à Nouakchott l’intention de déposer une plainte auprès des Nations unies contre son voisin marocain qu’elle «accuse de l’envahir avec de la drogue» ! Cette allégation, colportée par le journal mauritanien « Al Bayane El-Souhoufi », aurait pu passer inaperçue si elle ne tenait qu’au simple désir de « faire sensation ». Or, d’après l’enquête diligentée par les services mauritaniens, cette affaire dépasse le simple cadre du sensationnel et dégage des relents dangereusement politiques. C’est du moins ce que laissent entendre les premières révélations venant de Nouakchott, selon lesquelles le directeur de publication du journal « Al-Bayane El-Souhoufi », par qui le scandale est arrivé, aurait été manipulé par un diplomate algérien. D’après une source proche de l’enquête, citée par Alakhbar Info, l’arrestation d’Ibrahim Ould Moulaye Ahmed s’expliquerait par son « lien présumé » avec un diplomate algérien, accrédité à Nouakchott.
Toujours selon la même source, le diplomate algérien, dont l’identité n’a pas été révélée, aurait visité les locaux du journal avant la publication de l’article. Une preuve tangible de l’implication des services algériens dans ce mauvais coup destiné à compromettre le rétablissement de l’axe Rabat-Nouakchott, après quatre ans de relations froides.
Devant cette situation, les autorités de Nouakchott ne comptent pas rester les bras croisés. Plusieurs sources de presse mauritaniennes, rapportées par Alakhbar Info, ont évoqué une éventuelle expulsion dudit diplomate algérien.

L’axe Rabat-Nouakchott enrage Alger !

Le réchauffement des relations entre Rabat et Nouakchott, scellé depuis le mémorable message de voeux adressé par le président Mohamed Ould Abdelaziz au roi Mohammed VI, le 7 juillet 2014, était vu d’un œil inquiet par Alger. Cette initiative marque, en effet, le début d’un processus de normalisation traduit par l’établissement d’un véritable ballet diplomatique entre Rabat et Nouakchott. Pas plus tard que le 9 avril courant, le président du parti au pouvoir en Mauritanie, l’Union pour la République (UPR), effectuait une visite historique à Rabat. Lors de cette visite, Sidi Mohamed Ould Maham a exploré avec des responsables marocains les moyens de re-booster les relations bilatérales pour « les hisser au plus haut niveau au service des intérêts communs des deux pays frères », soulignait la Chambre des conseillers, à l’issue d’un entretien entre Mohamed Cheïkh Biadillah et le président de l’Union pour la République, Ould Maham.
Dimanche dernier, c’est un acte très symbolique qui venait raffermir cette volonté de rapprochement : la signature d’un accord de jumelage entre Tanger et Nouakchott, couronnée par l’inauguration, au centre de la ville du détroit, d’une place baptisée du nom de Nouakchott.
C’est dans ce contexte qu’intervient cette tentative désespérée d’Alger de manipuler la presse mauritanienne de manière à nuire aux relations amicales entre Rabat et Nouakchott. La réaction des autorités mauritaniennes ne s’est fait pas attendre et la convocation du journaliste « manipulé », autant que l’expulsion annoncée du pseudo-diplomate algérien, dénotent la détermination de Nouakchott à raffermir ses relations stratégiques avec le royaume.

23/04/2015