Le Conseil de Sécurité de l’ONU doit tenir une réunion, octobre courant, pour échanger sur un rapport d’étape de Guterres sur la mise en œuvre de la résolution 2351 votée en avril dernier

 

Horst Köhler, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, nommé le 8 septembre dernier, doit présenter ce rapport aux cinq membres permanents (USA, France, Royaume-Uni, Chine et Russie) et aux 10 non permanents (Egypte, Ethiopie, Kazakhstan, Suède, Bolivie, Italie, Sénégal, Uruguay, Japon et Ukraine) du conseil de sécurité vers le 15 octobre prochain.

 

Dès sa nomination, Köhler a mené des consultations avec les parties prenantes au conflit dont le Maroc et le Polisario, mais aussi avec l’Algérie, la Mauritanie et les représentants des pays membres du conseil de sécurité. D’ailleurs, il avait annoncé son intention de se rendre dans la région du Maghreb, décision appuyée par Guterres qui avait souligné l’importance de cette visite.

 

Pour rappel, la résolution 2351 encadre la mission de l'ONU au Sahara et appelle les différentes parties du conflit à reprendre les négociations sous les auspices du secrétaire général sans préconditions et de bonne foi. Elle stipule également que la crise de Guergarate avait soulevé « d’importantes questions sur le cessez-le-feu » et rappelle la nécessité de respecter pleinement les accords sur le cessez-le-feu signés avec la Minurso.

 

Pour rappel, le principal conflit qui oppose le Maroc et les séparatistes est le rôle de la Minurso dans la gestion de ce problème. Parce que si les séparatistes estiment que la Minurso a pour rôle d’organiser un référendum, le Maroc n’est pas d’accord et pense qu’elle doit uniquement veiller au respect du cessez-le-feu, au déminage et à porter assistance au Haut Comité des Réfugiés.

 

A l’issue de la réunion du conseil de sécurité, Köhler doit se présenter à nouveau devant les membres du conseil en mars et engager, entre temps, les contacts afin de tenter d’organiser de nouveaux échanges et négociations entre les différentes parties en conflit. Avant la fin de cette année, l’ONU pourrait annoncer une visite de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara à Rabat, à Alger et à Tindouf.

 

 

08/10/2017