Alger : Les familles des disparus en Algérie ont dénoncé le refoulement mercredi de l'aéroport d'Alger d'un militant de l'ONG algérienne SOS Disparus qui tentait de rejoindre la capitale tunisienne où il devrait prendre part au Forum social mondial (FSM).

La Police algérienne des frontières (PAF) a de nouveau empêché Hacene Ferhati, membre de SOS Disparus, de quitter le territoire algérien pour assister au Forum Social Mondial à Tunis, a-t-on appris mercredi auprès du Collectif des Familles de Disparus en Algérie (CFDA). 

 

Dans un communiqué, le CFDA condamne férocement le harcèlement systématique de ce militant pour les droits de l'Homme et exige que sa liberté de circulation soit respectée. 

 

Face à l'impossibilité de traverser la frontière par voie terrestre parmi les 96 militants qui voulaient se rendre au Forum social de Tunis, Hacene Ferhati est rentré dans la nuit à Alger dans l'espoir de pouvoir se rendre à Tunis par avion. La PAF de l'aéroport Houari Boumedienne l'a cependant refoulé sans lui fournir d'explication valable alors qu'il tentait d'embarquer à bord d'un vol pour Tunis mardi 26 mars. Il s'est aujourd'hui de nouveau présenté à l'aéroport et les policiers lui ont encore une fois refusé de quitter le territoire algérien en lui disant de s'adresser à la DGSN pour régler son problème, lit-on dans le communiqué. 

 

Le CFDA ajoute qu'en raison de son activisme pour la défense des droits et libertés en Algérie, Ferhati subit depuis longtemps une répression ciblée des autorités. Cette nouvelle violation de ses droits montre la volonté délibérée du gouvernement algérien de neutraliser les acteurs de la société civile algérienne et de tenter d'étouffer les revendications des défenseurs des droits de l'Homme, notamment ceux travaillant sur la question des disparitions forcées, déplore l'ONG. 

 

Le CFDA et SOS Disparus estiment que cette décision arbitraire a pour but d'isoler et d'affaiblir la société civile et appellent les autorités algériennes à lever immédiatement l'interdiction de quitter le territoire de M. Hacene Ferhati et de l'ensemble des militants bloqués aux frontières algériennes et de respecter leurs libertés fondamentales de circulation, de réunion et d'association, garanties par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par l'Algérie. 

 

Pour leur part, les parlementaires du parti du Front des Forces Socialistes (FFS-opposition), qui participent au Forum parlementaire qui se tient à Tunis du 27 au 30 mars ainsi qu'aux autres activités du Forum Social Mondial, qui ont assisté au refoulement de Hacene Ferhati, ont dénoncé énergiquement cette nouvelle atteinte flagrante et inadmissible à la liberté de circulation. 

 

A cet évènement (FSM), qui fait honneur au Maghreb, les autorités de notre pays se sont d'ores et déjà distinguées par une attitude d'un autre âge, en interdisant à des dizaines de jeunes algériennes et algériens de se joindre à ce Forum de la Dignité, déplorent les parlementaires dans un communiqué publié à Alger.

28/03/2013