Le Roi Mohammed VI a prononcé vendredi un discours devant les membres des deux Chambres du Parlement marocain, dans lequel il a affirmé que la pratique parlementaire pluraliste au Maroc ne date pas d'hier. "C'est pourquoi le modèle démocratique marocain s'affirme comme un précurseur au sein de son environnement régional et continental", a fait valoir le Souverain. 

 

Dans son discours, il a relevé que les deux mandats, parlementaire et communal, sont la clef de voûte de la pratique politique participative, que se sont choisie les Marocains, et qui serait inachevée en l'absence de ses deux composantes. "Il n'y a donc pas de différence pour moi, entre les deux. Ce qui reste le plus important, c'est que chacun de ces élus assume ses missions nationales et locales, et ses devoirs à l'égard des électeurs qui lui ont accordé leur confiance", a-t-il dit. 

 

Concernant la question du Sahara, SM le Roi a appelé "à une forte mobilisation, une vigilance de tous les instants, et des initiatives efficaces, aux niveaux interne et externe, pour contrecarrer les ennemis de la nation où qu'ils se trouvent, et pour déjouer les stratagèmes illégitimes auxquels ils ont recours". 

 

En effet, a dit le Souverain, "la question du Sahara n'est pas seulement la responsabilité du Roi, mais elle est également la cause de tous et de chacun : institutions de l'Etat, parlement, Conseils élus, et tous les acteurs politiques, syndicaux et économiques, les organisations de la société civile, les médias et l'ensemble des citoyens". 

 

"En tant que Représentant suprême de l'Etat, Symbole de l'unité de la nation, Je n'épargnerai aucun effort, à tous les niveaux, pour préserver l'intégrité territoriale, la souveraineté et la stabilité du Royaume, fort de l'unanimité de Notre peuple fidèle et des efforts conjugués de toutes ses composantes. 

 

Et d'assurer à cet égard: "J'ai été élevé dans l'amour de la patrie et j'étais témoin, comme tous les Marocains, malgré mon jeune âge à l'époque, de l'ambiance de mobilisation et de l'esprit patriotique élevé qui avaient marqué la récupération de nos provinces du Sud, grâce à la glorieuse Marche Verte, et au génie de son concepteur, Notre Vénéré Père, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu sanctifie sa dernière demeure. Et c'est précisément cet esprit qui doit continuer à inspirer nos actes et nos initiatives". 

 

"Je demeurerai donc, comme vous m'avez toujours connu, au premier rang des défenseurs de notre intégrité territoriale, à la tête des Marches pour le développement, le progrès et la prospérité, dans le cadre de l'unité, de la sécurité, de la stabilité et de l'unanimité nationale inébranlable", a-t-il poursuivi. 

 

"Rien n'est encore tranché. Les manœuvres des adversaires de notre intégrité territoriale ne vont pas s'arrêter, ce qui pourrait placer notre cause devant des développements décisifs" , a-t-il averti, appelant le parlement à élaborer un plan d'action intégré et efficient pour la poursuite de la défense de l'intégrité territoriale du Maroc. 

 

Indiquant que la cause nationale ne saurait être l'otage des conjonctures et des calculs politiques , le Roi a noté qu'il appartient aux "membres du parlement et des Conseils élus locaux et régionaux, surtout dans nos provinces du Sud, d'assumer pleinement leurs responsabilités en tant que représentants des habitants de la région, et le devoir qui leur incombe de contrer les ennemis de la patrie". 

 

Le Roi a rappelé que la question du Sahara s'est trouvée cette année "en butte à des défis majeurs que nous avons pu relever grâce à la force de notre position et à la légitimité de notre cause", et a mis en garde contre un "optimisme béat". 

 

Il a dit avoir constaté quelques défaillances dans la manière d'aborder la cause nationale primordiale, nonobstant les initiatives sérieuses entreprises par certains parlementaires, mais qui demeurent, malgré tout, insuffisantes. "Une telle situation est de nature à encourager les adversaires du Maroc à passer à la vitesse supérieure dans leurs manœuvres pour porter préjudice au Royaume". 

 

"Ceci tient au fait que la majorité des acteurs ne se mobilisent avec force qu'en cas de danger imminent menaçant notre intégrité territoriale, comme s'ils attendaient le feu vert avant d'entreprendre quoique ce soit , a expliqué le Souverain, appelant à acculer les adversaires du Maroc à la défensive en prenant les devants, en anticipant les événements et en y répondant de manière positive, au lieu d'attendre leurs attaques pour y riposter", a ajouté le Roi. 

12/10/2013