Un rapport de Ban Ki-moon évoque les termes d'un plan onusien pour relancer les négociations et désamorcer la crise à Guerguerat, suite à l'envoi de trente-deux éléments armés du front séparatiste aux environs du chantier de construction d'une route marocaine, au-delà du mur de défense.

 

Alors que son mandat de SG de l'ONU tire à sa fin, Ban Ki-moon ressort de son chapeau un plan de la "dernière chance" pour tenter de relancer le processus de négociations au point mort depuis 2013. Les détails de ce nouveau plan onusien pour accélérer le processus de règlement du conflit autour du Sahara sont livrés par le quotidien Al Massae, dans son éditon de ce mercredi 5 octobre. 

 

Sous le titre "Ross attend le feu vert de Rabat pour tenter sa dernière chance", Al Massae évoque le projet de relance d'un nouveau cycle de négociations informelles entre le Maroc et le Polisario, au point mort depuis 2013 en raison de la position contreproductive du Polisario, soutenu par Alger, et la partialité du "médiateur" onusien et néanmoins ancien ambassadeur US à Alger, Christopher Ross.

 

Dans une deuxième étape, l'émissaire onusien pour le Sahara tentera de reconduire le processus de négociations officielles entre les parties au conflit, relève Al Massae, faisant état de l'intention du "médiateur" onusien de soumettre des rapports périodiques au groupe dit des "amis du Sahara", constitué des cinq membres du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Russie).

 

"Selon le plan présenté par Ban Ki-moon, suite à l'exacerbation de la tension à Guerguerat où une milice armée du Polisario tente désespérément de stopper les travaux de construction d'une route reliant cette localité marocaine située au-delà du mur de défense et le nord de la Mauritanie, il sera procédé à l'encouragement des parties à poursuivre le dialogue à un très haut niveau avec le soutien des pays du voisinage. 

 

Toujours selon Al Massae, deux réunions informelles sont prévues par Christopher Ross en perspective de la relance des négociations directes qui auraient lieu à Manhasset, en banlieue new yorkaise. 

 

Citant des sources onusiennes, le quotidien arabophone évoque cinq rounds de négociations de consultations politiques entre les parties au conflit et en présence des pays voisins, soit l'Algérie et la Mauritanie. "Pas moins de dix-huit autres réunions auront lieu entre le Maroc et le Polisario au siège de l'ONU à New York", relève encore Al Massae. 

 

D'autre part, " il sera procédé à l'élaboration de deux rapports à l'intention du Conseil de sécurité sur la situation et les développements survenus dernièrement à Guerguerat", indique encore la publication, faisant état également de douze briefings attendus à l'intention des "pays amis du Sahara". 

 

D'après le plan onusien, l'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara effectuera deux ballets diplomatiques auprès des "pays amis du Polisario". 

 

"Par ce nouveau plan, l'ONU essaiera de donner un nouveau souffle au processus de négociations, désamorcer la crise autour de Guerguerat et éviter aux parties un affrontement armé", précise Al Massae. 

 

Seulement voilà, ce nouveau plan onusien laisse planer le doute sur son utilité quand on médite un tant soit peu sur son timing. Ce plan tombe en effet à un moment où le SG de l'ONU se prépare à faire ses "adieux" à l'ONU, tout comme Christopher Ross dont la nomination en 2009 s'est avérée être une véritable "erreur de casting". 

04/10/2016