Le séparatisme fait le lit de l'insécurité dans une région de plus en plus instable

Pour M. Behnassi, les mutations enclenchées par le "printemps arabe" semblent rattraper les dirigeants du polisario et leurs mentors à Alger dans la mesure où les séquestrés des camps de Tindouf ont compris que la persistance des dirigeants des séparatistes dans leur refus d'ouvrir des discussions avec le Maroc sur la base du Plan d'autonomie pour la région du Sahara, proposé par le Royaume en 2007, entrave toute possibilité d'alléger leurs souffrances et de mettre fin à leurs conditions de vie déplorables (chômage, insécurité sanitaire et alimentaire, oppression, enlèvement, mobilité restreinte ).
Tindouf demeure le théâtre de violations constantes des droits de l'Homme où perdurent encore les pratiques d'esclavage, ainsi que la séquestration des populations dans la honte et la boue pour la survie d'une entité fantoche avide d'aides internationales détournées à des fins d'enrichissement personnel, avec le soutien de l'Algérie, a-t-il déploré.
"Toutefois, et en dépit de la féroce répression que les populations séquestrées subissent de la part non seulement des milices du polisario, mais aussi du DRS, le terrible service de renseignement algérien, les séquestrées ont commencé à faire entendre leur mécontentement par plusieurs manières, y compris les manifestations pacifiques et violentes, ainsi que la formation des mouvements d’opposition comme le mouvement des jeunes pour le changement (MJPC)", a-t-il signalé.
Cette situation, à la fois anachronique et contreproductive par ses effets boumerangs, est appelée à changer immanquablement dans un contexte mondial caractérisé par l'émergence de nombreux cadres d’intégration régionale dans les différents continents, en tant que piliers de l'ordre économique international actuel.
"Les trois plus grands groupements économiques régionaux (UE, ALENA et ASEAN) représentent plus de 80 PC de la production mondiale", a-t-il dit, déplorant le coût élevé du "non Maghreb", en raison du strabisme congénital des polisariens et de leurs maîtres à Alger qui, faisant fi des aspirations des Maghrébins à l'unité, la stabilité et au progrès, s'obstinent à souffler sur les cendres d'une république chimérique et de pacotille que d'aucuns considèrent, plus qu'une entrave à la construction du Grand Maghreb, un fardeau supplémentaire pour l'Union africaine.
Mais si, dans l'entre-temps par myopie ou par obstination, ce qui reste des séparatistes égarés préfèrent se lancer à leur corps défendant dans la hasardeuse aventure de l'escalade et de la fuite en avant, à l'heure où ils ressentent le vide se creuser en eux et autour d'eux, il importe de leur rappeler cette vérité première: Par le même effet chaotique dans le temps que dans l'espace, les choses vont de plus en plus vite lorsqu'elles approchent de leur échéance. Tout comme l'eau accélère mystérieusement sa course aux approches des cascades. A méditer.

12/08/2014