GENÈVE-L’Union Africaine qui vient de fêter ses 50 ans d'existence le 25 mai dernier, va-t-elle revoir sa politique sur l'intangibilité des frontières?C'est l'appel d'Aguai Dahi, ancien dirigeant du Polisario qui demande le respect de l'intégrité territoriale du Maroc.

"Les fondations de l’OUA (actuelle Union Africaine,Ndlr), c’est l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation. Aujourd’hui, ces fondations ont été bafouées par l’Algérie et le Polisario", explique Aguai Dahi qui dirige l’Association des portés disparus du Polisario.

"J’appartiens à une famille qui a des droits d’allégeance au Roi du Maroc. C'est une des preuves de la marocanité du Sahara. Je parle des dahirs ou chefs de tribu qui ont fait allégeance au souverain du Maroc", ajoute M. Dahi évoquant le problème du Sahara qui empoisonne les relations entre le Maroc et l'Algérie depuis les années 70.

Le Maroc qui a quitté l'Organisation panafricaine propose un plan de large autonomie au Sahara.

Pour Aguai Dahi, une solution à ce conflit au Sahara reste évidemment le respect des frontières héritées de la colonisation.

"Il faut que ces frontières soient respectées", insiste M. Dahi qui a participé à Genève au Conseil des droits de l'Homme pour attirer l'attention de la communauté internationale sur la situation des personnes qui vivent dans les camps de Tindouf.

Pour l'instant, aucune solution ne se profile au sein de l'Union Africaine pour trouver un compromis entre le Maroc et l'Algérie qui soutient le Polisario sur la question du Sahara.

09/06/2013