L'ancien représentant du polisario au Benelux, Bayat Zighem a qualifié d'"importante" la décision du représentant du polisario en Suède, Alyen Habib El Kentaoui, de faire défection et de regagner la mère patrie. 

Dans une déclaration jeudi au journal "Al Mounâataf", Zighem a estimé que la renonciation d'El Kentaoui, en ce moment précis, au projet du polisario "représente un coup dur, compte tenu du poids de l'homme qui a contribué à tous les acquis du mouvement séparatiste dans l'Europe du nord". 

Selon lui, le retour à la mère patrie d'une personne du calibre de Habib El Kentaoui, poussera le parlement suédois, qui a approuvé il y a quelques semaines une motion demandant la reconnaissance du polisario, "à revoir sa position après que son interlocuteur du polisario a lui-même abandonné la thèse séparatiste, de même qu'il poussera le gouvernement suédois et ses homologues de l'Europe du Nord à refaire leurs calculs concernant la question du Sahara". 

 

Les milieux politiques européens soutenant encore le polisario sont appelés à tirer les leçons qui s'imposent de cette dissension qui témoigne de la pertinence de l'Initiative d'autonomie proposée par le Maroc sur la base d'une approche constitutionnelle, administrative et des droits de l'Homme, susceptible de mettre fin au différend sur le Sahara, a souligné M. Zighem. 

 

En proposant cette initiative, a-t-il poursuivi, le Maroc "a fait les concessions nécessaires pour tourner la page du plus vieux conflit hérité de l'ère de la guerre froide qu'ait connu le continent africain". 

 

Citant d'autres sources, "Al Mounâataf" a indiqué que la direction du polisario n'a pas réussi à convaincre son ancien représentant de revenir sur sa décision, malgré les intenses efforts qu'elle a déployés dans ce sens, aussitô t informée de la nouvelle. 

 

Avec la défection d'El Kentaoui, "l'architecte de la toute dernière infiltration du parlement suédois", le mouvement séparatiste essuie son premier revers en 2013, ajoute le journal, précisant que l'ancien responsable du polisario s'était rendu, quelques jours avant sa défection, chez sa famille à Laâyoune, dans le cadre du programme d'échange de visites familiales supervisé par le Haut-Commissariat des Nations-unies pour les réfugiés (HCR). 

 

03/01/2013