Sahara: Aznar retourne-t-il sa veste, en faveur du Maroc?

L'ancien chef du gouvernement espagnol, réputé hostile au Maroc, intégrera le plus important organe d'un célèbre think-tank espagnol... ouvertement favorable à la proposition marocaine d'autonomie.

L'agence de presse espagnole Europa Press annonce ce vendredi que José Maria Aznar intègrera très prochainement la direction de l'institut royal Elcano (RIE), le plus célèbre des think-tank espagnols sur les relations internationales.

La nouvelle n'a rien de surprenant en soi, dans la mesure où la direction du prestigieux centre a accueilli depuis la fondation de ce dernier en 2001, plusieurs prédécesseurs d'Aznar au poste de chef du gouvernement espagnol.

Ce qui surprend en revanche, c'est le fait que ledit think-tank se soit ouvertement prononcé en faveur de la proposition marocaine d'autonomie du Sahara. Une position qui tranche avec la "neutralité" habituelle observée par les gouvernements espagnols et aussi avec l'attitude du personnage, depuis toujours, et encore, hostile au Maroc.

Dans un rapport daté du 15 février intitulé "Vers un renouveau stratégique de la politique extérieure espagnole", le RIE invite l'Espagne à adopter une "position plus proactive" pour une "autonomie véritable".

Les rédacteurs du rapport affirment en outre qu'un nouvel Etat au Sahara ne serait pas viable, dans la mesure où " la perspective d'un nouvel Etat peuplé seulement de quelques centaines de milliers d'habitants non homogènes et susceptibles d'être radicalisés préoccupe davantage".

L'institut Elcano semble donc abonder dans le sens du Maroc. Mais peut-on en dire autant pour Aznar qui intègre sa direction? Si c'était le cas, on assisterait alors à un revirement dans la position de l'ex-chef du gouvernement espagnol. On se souvient en effet que dans le 2e tome de ses mémoires, Aznar révélait récemment que le terme "guerre" avait été employé lors d'une rencontre avec feu Hassan II en 1998, et où il était notamment question des territoires de Sebta, Melilia, mais aussi du Sahara.

On devrait en savoir plus d'ici au mois de juin, date à laquelle son arrivée au sein de la direction du think-tank sera officiellement entérinée.

07/03/2014