U.S. Western Sahara draft urges respecting human rights, no U.N. monitors

Dans une dépêche datée de New York et diffusée la nuit dernière, l’agence AFP a confirmé l’info donnée en primeur par Médias 24: le vote du Conseil de sécurité sur le renouvellement du mandat de la Minurso a été repoussé au mardi 29 avril.

Le projet de résolution, élaboré par les Etats-Unis, s’inscrit dans la continuité de celle de l’année dernière.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies dispose jusqu’au 30 avril pour renouveler le mandat de la Minurso. Le vote était programmé pour le mercredi 23 avril, mais la date a été repoussée de six jours, le projet de résolution américain n’étant parvenu que tardivement aux membres du conseil.

L’enjeu n’est pas un simple renouvellement du mandat de la Minurso. Il s’agit d’une part des objectifs du processus onusien de recherche d’une solution politique et mutuellement acceptable. Ceci pour le fond. Depuis quelques années, les adversaires de la marocanité du Sahara essaient d’inclure dans les résolutions onusiennes, une extension des prérogatives de la Minurso à la surveillance du respect des droits de l’Homme au Sahara.

Une extension qui serait inacceptable pour le Maroc: elle pose non seulement une question de souveraineté, mais elle viole aussi le mandat onusien de la Minurso.

Comme Médias 24 l’avait signalé à plusieurs reprises au cours des derniers jours, le projet de résolution qui sera discuté au Conseil de sécurité "ne mentionnera pas de mécanisme sur les droits de l'homme", selon un diplomate du Conseil cité par l’AFP. La même source prédit "un message clair d'unité" sur ce dossier sensible, “qui avait donné lieu l'an dernier à un mémorable bras de fer entre le Maroc et les Etats-Unis“.

L’AFP cite un autre diplomate qui prévoit que les 15 pays membres devraient adopter ce "texte neutre" mardi prochain. "Il n'y aura pas de surprise".

"Rabat a travaillé en amont"

Ban Ki-moon a salué les initiatives marocaines en faveur des droits de l’homme dans son rapport, en réclamant cependant leur "application pleine et rapide". Il a recommandé de renouveler le mandat de la Minurso pour un an en la renforçant par 15 observateurs militaires supplémentaires.

"L'important désormais, c'est que les mesures annoncées par Rabat et qui constitueraient un réel progrès sur les droits de l'homme soient appliquées" et la résolution devrait refléter ce souci, explique un diplomate, cité par l’AFP.

Il souligne par exemple que le projet de loi sur les tribunaux militaires doit encore être entériné par le Parlement.

"La différence cette année, analyse-t-il, c'est que les Marocains ont pris une série d'initiatives sur les droits de l'homme, dont nous surveillerons l'application, et que le Conseil préfère envoyer un message clair d'unité".

"Les Etats-Unis ont pris une claque l'an dernier et cette année le Maroc a travaillé en amont", résume un autre diplomate.

Ce renouvellement du mandat de la Minurso, s’il se confirmait, serait le dernier dans le cadre du processus entamé en 2007, si Christopher Ross, envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU,  n’obtient pas de progrès dans le cadre de sa nouvelle approche basée sur les discussions bilatérales.

24/04/2014